Ligue de football professionnel : Pierre Semengue, cible d’une guerre interne

Alors que le démarrage des championnats professionnels est reporté, le président et ses membres sont à couteaux tirés.

0
878
A la Lfpc, ils sont ensemble, mais ne regardent pas dans la même direction.

La saison 2018-2019 de football professionnel ne débutera pas ce 3 novembre comme initialement prévu. Un deuxième report décidé par le général Pierre Semengue, président de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (Lfpc) qui se justifie par des contraintes d’ordre réglementaire. Si l’on écarte les difficultés d’accommodation au calendrier politique du Cameroun, notamment la prestation de serment du futur président de la République censée avoir lieu au plus tard le 5 novembre, et dont la date reste à fixer par les services compétents de l’Etat, il y a la condition de la tenue d’une session du Conseil d’administration de la Lfpc. Assise initialement prévue pour le 7 novembre et que le président de la Lfpc a reportée au 14 du même mois. Loin d’une certaine volonté du patron de la Ligue, il s’agit d’un combat perdu par Pierre Semengue, contre le conseil d’administration. Lequel est entré en dissidence contre le leader, exigeant la tenue d’un conseil d’administration préalablement au démarrage de la saison. Ce qu’avait essayé d’ignorer l’homme.

Avant de se plier face à des interlocuteurs déterminés à ne plus jouer les sujets. «On ne peut pas lancer la saison sans tenir un conseil d’administration ; c’est là-bas que tous les contours de la nouvelle saison seront définies », insistait Franck Happi, président du Syndicat des clubs d’élite de football du Cameroun (Sycec). Face au refus catégorique d’un Pierre Semengue engagé à se séparer de Pauline Manguele, ex secrétaire générale, 8 des 11 membres dudit conseil, soutenant la patronne de l’administration, avaient essayé de forcer la main au général et menaçaient d’ailleurs de respecter aucune décision du président sans la tenue d’un conseil d’administration et d’une assemblée générale extraordinaire. La date retenue pour ce conseil était celle du 11 octobre 2018. Semengue, lui, avait estimé avoir reçu la note tardivement. Après avoir soumis les membres du conseil à un exercice d’authentification de leurs signatures dans des services précis de police et de gendarmerie, le général a consenti à tenir le conseil tant réclamé pour le 26 octobre. Depuis, deux reports ont déjà été faits.

Rendez-vous le 14 novembre

Entre temps, Pierre Semengue a déjà pris la décision de faire jouer respectivement à 20 et 18 clubs les championnats Elite 1 et Elite 2. Repêchant ainsi Canon de Yaoundé et Lion blessé qui étaient rétrogradés en deuxième division au terme de la saison passée. respectant en partie une promesse de campagne de faire joueur chacun des deux championnats professionnels à 20. Contournant ainsi l’article 38, al.10 des Statuts de la Lfpc qui dispose que « le conseil d’administration a le pouvoir de déterminer les sites et dates des compétitions de la Ligue ainsi que le nombre d’équipes participants avant le début des compétitions ».

En fléchissant devant ses ‘’adversaires’’, Pierre Semengue ouvre un autre front qui lui est favorable. Unilatéralement, le président du Conseil d’administration de la Ligue a conditionné l’affiliation des clubs pour la prochaine saison, à la présentation d’un compte de gestion certifié par un comptable assermenté. Avec l’assurance de tenir la quasi-totalité des clubs, tant la gestion moderne reste un luxe pour nombre de clubs des championnats professionnels. Depuis l’instauration du professionnalisme en 2011, l’Etat injecte des fonds de soutien au professionnalisme, destinés essentiellement au paiement des salaires des joueurs. Mais des grincements de dents persistent au sein de certains clubs, au motif du non paiement des salaires. Il faudra attendre le conseil d’administration du 14 novembre pour voir peut-être le ciel s’éclaircir. Comme les années antérieures.

 

Sur le même sujet:

Une crise interne rend hypothétique la reprise du championnat

Rébellion interne contre le général Pierre Semengue

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here