Pierre Semengue pas très serein

Les jours suivants s’annoncent tumultueux à la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC). Deux assemblées générales annoncées. L’une pour ce 27 octobre 2020 par des membres dissidents, sous la bannière de l’Association des clubs d’élite de football (ACEC), pour débarquer le président Pierre Semengue. L’autre pour le 6 décembre, pour élire les membres démissionnaires du conseil d’administration de l’instance. Celle-ci est naturellement organisée par le président en exercice. Lui qui, auréolé de sa victoire du 14 décembre 2020 devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), s’est senti conforté dans sa légitimité. Le général à la retraite n’a pourtant pas eu le temps de savourer cette sentence qui réhabilitait la Ligue suspendue en juillet 2019 par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). L’éternelle mutinerie en interne a repris de plus belle, avec des membres décidés à le démettre. L’homme à qui il est reproché l’opacité dans la gestion et son ton martial tient à sauver le gouvernail. Et croit pouvoir remplacer les membres démissionnaires du conseil d’administration, après avoir envisagé de « nommer » de nouveaux mêmes, comme l’a laissé entendre un de ses affidés, Serges Mbappe. En attendant l’assemblée générale devant étoffer l’instance dirigeante de la LFPC, le général Pierre Semengue entend lancer la saison sportive le 31 octobre. Les clés de 22 stades de la République lui ont déjà été remises par le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep).

En face, on tient cette fois-ci à mettre hors d’état de nuire un homme venu en juillet 2011 pour mettre sur pied les bases du football professionnel sur une période transitoire de deux ans. Depuis, le militaire n’a plus l’intention de partir. Ses différents concurrents aux élections se sont cassé le nez. Désormais, ils espèrent passer par une assemblée générale pour activer le levier de la démission. Avec une main noir que d’aucuns soupçonnent être celle de la Fécafoot. Laquelle a pu obtenir le retour du partenaire MTN pour la relance des championnats professionnels. Il se dit que Séido Mbombo Njoya, le président de la Fécafoot, a donné des gages de ce que les fonds que remettra le sponsor seront bien gérés dans la transparence. Du coup, la tutelle de la LFPC tient à y avoir un homme qu’elle peut contrôler.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.