Les Lions indomptables : Les vraies raisons du limogeage de Seedorf

Outre les révélations fracassantes de pétrus boumal qui le place avec samuel Eto’o au centre de certaines « magouilles », l’entraineur néerlandais, tenu par les lobbies qui l’ont conduit au Cameroun, est aussi accusé d’insubordination et de manipulation des joueurs.

0
503
La main d'Eto'o aurait commandé des actes du sélectionneur

Initialement sous contrat jusqu’en août 2022, Clarence Seedorf a été démis de ses fonctions de sélectionneur de l’équipe nationale de football sénior du Cameroun, mardi dernier. Officiellement, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) justifie cette décision par l’élimination prématurée des Lions Indomptables aux huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui s’achève ce vendredi 19 juillet en Egypte avec une finale entre le Sénégal et l’Algérie. Alors que les véritables raisons de ce limogeage qui ne surprend (presque) personne, sont ailleurs. Enfin, officieusement.

En termes de management, Clarence Seedorf a totalement déçu ses employeurs dit-on à la Fécafoot. Durant la CAN égyptienne, l’ex-joueur de l’AC Milan a semblé manquer de personnalité et même d’indépendance nécessaire pour manager librement l’équipe championne en titre. « Il s’est avéré en effet que M. Seedorf est resté du début à la fin, esclave des lobbies qui l’ont emmené, voire imposé, à la tête de l’encadrement technique de notre sélection nationale », confie sous cap, un fonctionnaire du ministère des Sports et de l’Education physique. Clarence Seedorf est accusé de n’avoir pas été le seul maître de ses choix. « On a bien vu dès le départ, poursuit notre source, qu’il était à la solde d’un clan de personnes qui ont semblé lui dire quels joueurs sélectionner, quels joueurs aligner pendant un match et quels remplacements opérer ». Notre informateur se réfère non seulement aux choix tactiques souvent douteux de Clarence Seedorf qui a aligné une nouvelle équipe à chaque match, mais aussi aux révélations de Pétrus Boumal, l’un des joueurs recalés par la star hollandaise.

Dans une série de voice notes adressées à l’un de ses proches, mais qui s’est retrouvée dans les réseaux sociaux, le joueur se lâche et accuse violemment Samuel Eto’o et Clarence Seedorf d’être au centre de certaines « magouilles » au sein de la sélection nationale. « Joël Epalle (le deuxième entraineur adjoint, Ndlr.) m’a dit que Seedorf est obligé de prendre (Wilfried) Kaptoum parce que c’est le fils d’Eto’o », révèle Pétrus Boumal. « Il y a le groupe Oyongo, Anguissa, Faï… les gars eux, ils n’aiment pas Eto’o, poursuit-il. Ils n’aiment pas Eto’o parce qu’ils ont compris qu’il fait trop de magouilles […] Dawa (Joskym, Ndlr.) a joué 5 matchs en un an. Il est remplaçant en club depuis un an. Son coach, c’est l’un des meilleurs amis de Seedorf. Le coach ne le fait pas jouer dans son propre club, mais il l’envoie en sélection ». Une chose est certaine d’après les cadres du ministère des Sports, Clarence Seedorf n’était pas totalement responsable de ses choix. Même son adjoint et compatriote Patrick Kluivert a dû se sentir agacé à un moment donné. Contre certains choix tactiques de Seedorf lors de cette CAN, l’ex buteur vedette du FC Barcelone s’est longtemps senti incompris et se dit prêt à tenter une aventure seul à la tête d’une sélection nationale ou d’un club, en tant qu’entraîneur principal. « Mes ambitions en tant qu’entraîneur sont grandes. En fin de compte, je veux travailler comme entraîneur en chef, dans un club ou un pays », a récemment déclaré Patrick Kluivert dans une interview à nos confrères de Voetbal international.

Insubordination, chantage, manipulation

Les fautes de Seedorf ne s’arrêtent pas là, disent ses détracteurs. Ce dernier paie également les frais de ses mauvais rapports avec le ministre camerounais des Sports. Il est notamment accusé d’insubordination vis-à-vis de sa hiérarchie, de chantage et de manipulation des joueurs. « Il nous a été donné d’apprendre que c’est M. Seedorf qui a monté les joueurs contre leur propre pays, en formant un clan avec les joueurs appartenant aux lobbies qui l’ont emmené au Cameroun. Résultat : il y a eu le boycott du drapeau national et l’affaire des primes. Parce qu’à la vérité, il faut dire que M. Seedorf et son clan de joueurs étaient chargés de reverser une partie de leurs revenus à ces lobbies », confie encore une source à la Fécafoot. « Ce monsieur a passé son temps à manipuler certains joueurs qui se sont ensuite hissés contre le ministre des Sports et le président de la Fécafoot. Pendant que certaines personnes réputées proches de lui, avaient accès au vestiaire des Lions. L’on a vite compris qui était le véritable patron de Seedorf, et selon tout état de cause, ce n’était ni le gouvernement, ni la Fédération, mais un individu que tout le monde connait et dont je préfère taire le nom », renchérit un informateur au ministère des Sports.

Recruté à la tête de l’encadrement technique des Lions Indomptables en août 2018, Clarence Seedorf qui a ramené avec lui Patrick Kluivert comme adjoint, mais aussi son frère cadet, Chedric Seedorf comme analyste vidéo de l’équipe, touchait un salaire de 42,5 millions de francs CFA mensuels. Selon des sources au ministère des Sports, la star hollandaise a touché, au moment de s’engager, un an de salaire payé cash. Soit 510 millions de francs CFA.

Par Arthur Wandji

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here