Les banques à l’épreuve du coronavirus

En cette période de paiement de salaire, les établissements de crédit appliquent tant bien que mal des mesures pour éviter la propagation de cette pandémie.

0
435

«Monsieur ne traversez pas la ligne rouge ». Ainsi rappelle à l’ordre avec sympathie une employé de la SCB un client. Il s’apprêtait a effectué une opération en s’approchant un peu trop du gestionnaire. D’ailleurs avant d’entrer dans cet établissement de crédit, tout comme les autres, les clients doivent impérativement désinfecter leurs mains. Ils ont ainsi droit à des noisettes de gel hydroalcoolique. A l’agence de CCA Ngoa Ekelle par exemple, un jeune d’une trentaine d’année impose la désinfection des mains avant toute opération au guichet automatique de billet. Un agent de sécurité s’occupe de l’ouverture et de la fermeture de la porte métallisée. Il veille également avec attention au respect de la distanciation d’un mètre entre les personnes dans les files d’attente. « Madame ne vous rapprochez pas trop de votre voisine. Respectez les écarts entre vous. Il y va de votre intérêt », répète-t-il sans cesse. Voilà quelques mesures prises par les banques pendant cette période de paiement de salaire, pour éviter la contamination des usagers au Coronavirus qui sévit actuellement au Cameroun.

LES MESURES PRESCRITES

En ce moment de forte affluence dans les établissements de crédit et les postes comptables assignataires, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, a instruit les responsables établissements de crédit et postes comptables publics à veiller scrupuleusement au respect des mesures édictées par le gouvernement relatives à la lutte contre la propagation du coronavirus. Il s’agit notamment de la multiplication des caisses au sein des institutions ; le respect de la distanciation sociale d’au moins un mètre sur les fils d’attente tant à l’intérieur des agences et que devant les distributeurs automatique des billets ; la mise à disposition des solutions hydroalcooliques ; l’indication des points d’eau pour permettre aux usagers de se laver les mains ainsi que l’empêchement des rassemblements de plus de 50 personnes dans l’enceinte de ses structures.

INCIVISME

Mais alors que le pays compte déjà plus de 200 cas, et malgré les instructions du gouvernement, les usagers continuent de braver ces directives parfois sous le regard impuissant des responsables des banques. En fin de semaine dernière, l’agence de la Bicec de la Camair est bondée de monde. Les usagers se bousculent devant le guichet automatique. Des files d’attente interminables de personnes ralentissent la circulation. Ici, personne ne respectent la mesure de distanciation d’un mètre entre les individus. Dans cette cohue assortie d’une chaleur étouffante, un toussotement rappelle tout le monde à l’ordre. Chacun protège instinctivement son nez et sa bouche avec sa main ou son coude. « J’ai déjà demandé aux clients de faire un écart d’un mètre entre eux en vain. Leur seul souci est de faire leurs opérations. J’ai signalé cela à ma hiérarchie et j’attends les instructions », confie l’agent de sécurité. A la Trésorerie générale, les usagers sont agglutinés devant le portail arrière. Certains ont formé de groupuscule où ils débattent de l’actualité. En dépit de leur connaissance sur la pandémie actuelle, bon nombre ne prend pas les précautions. « Ils se font des poignées de main accompagnées de fou rire lorsqu’un d’entre eux lance un blague. Nous sommes obligés de leur imposés l’utilisation systématique du gel hydroalcoolique avant toute opération », apprend- on.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here