Législatives et municipales:More Women in Politics appelle à une solidarité féminine

La coordonnatrice du réseau, Justine Diffo, a présenté son plaidoyer pour une entrée massive des femmes en politique lundi dernier à Yaoundé.

0
964
Justine Diffo, coordonnatrice deMore Women in Politics

Obtenir 30 % des femmes à la tête des mairies à l’issu des prochaines élections. Tel est le principal objectif du plaidoyer du réseau More Women in Politics (MWP) en collaboration avec le consortium Démocratie au féminin. Ce projet d’appui à la massification de la participation politique des femmes aux échéances électorales de 2019 présenté lundi dernier à Yaoundé, entend largement dépasser les 8 % de femmes maires actuels. « Cette ambition est de longue haleine. C’est vraiment un encouragement aux femmes pour s’engager dans la politique et d’avoir le courage de se présenter aux prochaines élections municipales », a souligné le coordonnateur résident des Nations Unies, Allegra Baiocchi.

Pour concrétiser son projet, la coordonnatrice de MWP, Justice Diffo, a appelé les femmes à se mettre en réseau. Elle a également invité les électrices à soutenir les candidatures féminines au cours des prochaines élections municipales. « Soyez plus soudées, plus solidaires, croyez en vous, gommez les préjugés, vainquez vos peur, renforcez vos capacités… nous ne doutons pas de la participation de la femme en Assemblée nationale ; les maires et les régions », renchérit le vice-président de l’Assemblée nationale, Hilarion Etong Ndzok. « La femme doit soutenir la femme. Faisons tout pour dépasser les 7,5 % des femmes maire au Cameroun […] les femmes ont une approche managériale très familiale, conservatrice et impactent le développement. Plus ont aura de femmes plus on aura le développement », ajoute Célestine Ketcha Courtes, ancien maire de Bangangté et ministre de l’Habitat et du Développement urbain.

Aussi, Justine Diffo a-t-elle proposé des réformes juridiques et institutionnelles. « Les femmes sont lancées dans l’arène, elles ont décidé de faire le plaidoyer pour que ce décret nous parvienne avant les prochaines échéances électorales […] Pour se faire nous avons besoin plus que jamais d’un texte réglementaire qui au sens de l’article 298 du code électoral précisera à travers des dispositions claires et pratiques les modalités de mise en œuvre de la prise en compte du genre prescrite par le code électoral de 2012 », fait-elle savoir tout en se réjouissant du fait que les représentants du gouvernement ont confirmé et affirmé que la vision inclusive voire paritaire du président de la République est une réalité palpable qui doit accompagner les femmes camerounaises aux élections en cours de préparation régionales, municipales, législatives.

En effet, les membres du gouvernement ainsi que les parlementaires ont reconnu l’apport significatif de la femme dans l’émergence de notre pays. « Le progrès économique d’un pays est largement tributaire à l’implication des femmes. La démocratie se construit et se consolide avec les femmes si celles-ci sont pleinement engagées », a avoué le 1er vice-président de l’Assemblée nationale. « Le Cameroun gagne en mettant plus de femme à des postes de responsabilité », a poursuivi le ministre délégué auprès du ministre de la Justice, Jean de Dieu Momo.

Ghislaine Ngancha (Défis Actuels & Newsducamer.com)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here