Législatives et municipales: les potentiels candidats se mobilisent

Malgré quelques difficultés, la plupart des candidats s’affairent déjà pour finaliser leur dossier de candidature.

0
853

Les sièges des partis politiques sont mouvementés depuis lundi dernier. Au quartier général du Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais ce lundi 12 novembre, une affluence inhabituelle se fait ressentir dès le parking. Des véhicules entrent et sortent avec une célérité peu commune. Les militants qui arrivent nouvellement se dirigent, paperasse en main à l’intérieur de l’immeuble. « Nous sommes venus au siège du parti pour avoir des renseignements fiables », souffle un potentiel candidat à la mairie de Lobo dans la Lekie. Comme lui, un autre candidat qui n’a pas décliné son identité est venu prendre des renseignements et mettre ses cotisations à jour. Malheureusement ils ne peuvent pas avoir plus d’informations, car le secrétaire général du Rdpc n’a pas encore publié de circulaire pour donner la ligne directive du parti. Informés de cela, les deux potentiels candidats ne cachent pas leur mal-être. Le plus gros problème, disent-ils est de savoir si le Rdpc va procéder aux élections primaires. Mais aucun responsable du parti ne souhaite s’exprimer sur la question. « Nous attendons tous la circulaire du secrétaire général », lance un membre titulaire du Comité central. Néanmoins, une source introduite au Comité central indique que comme lors des législatives et municipales de 2013, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais, va procéder aux investitures. La même source explique que le temps est imparti pour organiser les élections primaires au sein du parti. « L’article 164 du Code électoral dispose que les candidatures sont déposées 15 jours après la convocation du corps électoral, on ne voit donc pas par quel miracle le Rdpc va organiser les élections primaires », tranche-t-elle.
Au quartier Anguissa, à Yaoundé, le Parti Camerounais pour la Réconciliation nationale (Pcrn) de Cabral Libii est en ébullition depuis l’annonce des élections. Dans la grande salle de l’immeuble qui abrite les locaux de cette formation politique, quelques potentiels candidats, assis autour d’une table débattent sur la gratuité des actes judiciaires à fournir dans les dossiers de candidature. « Depuis dimanche les états-majors des différents comités d’arrondissement se sont mis en place, certains ont convoqué des réunions le même jour, à la suite de l’annonce du président national Cabral Libii qui a rappelé la nécessité de se constituer en équipe, afin de pouvoir finaliser la composition des dossiers de candidature que nos potentiels candidats préparent depuis l’appel à candidature lancé par le parti il y’a trois mois », informe Aristide Eko’o, le directeur du cabinet de Cabral Libii. Le Pcrn entend présenter 140 candidats pour les municipales et 85 candidats pour les législatives. Et pour concourir sous la bannière du Pcrn, « il faut être membre du parti, et remplir toutes les conditions juridiques ».
Du côté du siège du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) à Odza, l’ambiance est un peu timide. A l’entrée de l’édifice, un gros camion de campagne barre l’entrée, il faut faufiler à ses alentours pour se rendre dans les locaux du parti. Dans les bureaux, le personnel administratif est présent. « Nos camarades, ainsi que les membres de la société civile et de la diaspora qui veulent être candidat sont sur le terrain entrain de confectionner les listes tant pour les municipales que pour les législatives », explique Roger Noah, secrétaire général adjoint du MRC. Le parti de Maurice Kamto assure qu’il va présenter ses candidats dans toutes les communes du pays, sauf dans les régions en crise. Tous les membres de son directoire seront candidats, excepté Maurice Kamto qui coordonne le processus de toutes les candidatures du parti. Néanmoins, se plaint-on au sein du parti, « les militants rencontrent des difficultés sur le terrain, notamment dans l’établissement des pièces à fournir dans le dossier de candidature. Selon l’article 295 du Code électoral, tous les actes judiciaires, sont en matière électorale, dispensés du timbre, et enregistrés gratis ». Le secrétaire général adjoint du MRC interpelle ainsi les autorités en charge des questions électorales, afin « de veiller à ce que les dispositions de la loi soient respectées ».
Joseph Essama

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here