Le FMI accorde 44 milliards au Cameroun 

0
495

C’est une nouvelle étape de franchie dans le cadre du pro- gramme économique et financier entre le Cameroun et le Fonds Monétaire International (FMI), appuyé par la Facilité Elargie de crédit (FEC). Au terme du Conseil d’administration qui s’est tenu le 6 juillet dernier à Washington aux Etats-Unis, le FMI a approuvé la deuxième revue de ce programme. Cette validation donne lieu au décaissement de 77,8 millions de dollars, soit environ 44 milliards de francs CFA.

Pour le FMI, ce deuxième décaissement intervient alors que « la performance du Cameroun dans le cadre de son programme appuyé par la FEC a été mitigée dans un contexte de ralentissement de l’activité économique et de préoccupations sécuritaires. Les dépassements de dépenses en fin d’année compensent la forte collecte de recettes non pétrolières, ce qui se traduit par un déficit budgétaire plus élevé que prévu ». Néanmoins, poursuit l’organisation, « la mise en œuvre des réformes structurelles a été globale- ment satisfaisante et les avoirs extérieurs nets se sont accumulés plus rapidement que prévu en raison d’un resserrement du déficit du compte courant ».

Facilité Elargie de Crédit

En outre, les administrateurs du FMI se sont félicités des mesures prises par les autorités pour réorganiser l’ajustement budgétaire et renforcer les contrôles des dépenses, tout en maintenant les objectifs de mobilisa- tion des recettes non pétrolières. Aussi ont-ils apprécié l’engagement des autorités camerounaises à pour- suivre sans relâche dans le même sens : « les autorités ont réitéré leur engagement envers le programme et ont mis en œuvre des mesures correctives pour remettre l’ajustement budgétaire sur les rails en 2018, notamment en préparant un budget ré- visé pour 2018 et en resserrant les contrôles des dépenses. La mise en œuvre stricte des objectifs budgétaires révisés de 2018 sera essentielle pour soutenir la constitution de coussins budgétaires et extérieurs pour le Cameroun et la région. Compte tenu des fortes pressions sur les dépenses associées aux élections de 2018, de la détérioration des conditions de sécurité et de la Coupe d’Afrique de football 2019, tout re- venu pétrolier supplémentaire devrait être économisé ».

Toutefois, pour réussir ce programme qui s’étale sur trois ans, le FMI conseille au Cameroun de « limiter strictement les nouveaux emprunts et faire pencher sa composition en faveur des emprunts concessionnels, ce qui serait essentiel pour maintenir la viabilité de la dette publique. Le stock de la dette contractée mais non décaissée devrait également être réduit. Le secteur financier et les ré- formes structurelles réduiraient les vulnérabilités et remédieraient aux goulots d’étranglement restants en matière de compétitivité ». L’organisation dirigée par Christine Lagarde a en outre reconnu que les perspectives macroéconomiques du Cameroun pour 2018 restent positives, avec une croissance qui devrait rebondir à 4 %, tirée par le démarrage de la production de gaz, les activités de construction pour la Coupe d’Afrique des Nations 2019 (CAN).

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here