Jumia veut intégrer la bourse de new York

La plateforme nigériane, spécialisée dans le commerce électronique est en passe de devenir la première startup africaine à faire son entrée à Wall street.

0
453

La startup nigériane, Jumia, veut désormais être cotée à la bourse américaine. Le 12 mars dernier, la licorne africaine du e-commerce a déposé son dossier en vue de son entrée à Wall Street, au New York Stock Exchange (Nyse). Si cette demande intégration est approuvée par les autorités boursières américaines, la plateforme deviendra ainsi la première startup africaine à s’introduire en bourse aux Etats-Unis. Bien que le calendrier, ni le montant de l’action attendue n’aient été précisé dans le document de Jumia, les banquiers, les investisseurs et les autorités boursières pourront néanmoins analyser la demande et proposer des détails financiers sur cette intégration.

Créé en 2012 par l’incubateur allemand Rocket Internet, Jumia est présent dans 14 pays du continent couvrant 80 % de la population ayant accès à internet en Afrique. La plateforme a déjà levé plus de 767,7 millions de dollars. La startup enregistre cependant des performances satisfaisantes au fil des ans. Notez par exemple en 2018, le volume d’affaire de la plateforme a atteint 828 millions d’euros, en hausse de 68 % sur un an contre 507 millions l’année précédente. Jumia revendiquait également 4 millions de clients en 2018, sur un territoire qui compte 660 millions d’habitants. Des points qui, selon les experts, lui seront favorables pour son entrée au Nyse. « En cinq ans, nous avons réussi à devenir la seule licorne d’Afrique (nom donné aux start-up valorisées à plus de 1 milliard de dollars). Nous avons créé plus de 3 000 emplois directs, au moins autant d’emplois indirects, nous avons amené des investisseurs à s’intéresser à l’Afrique et aidé des milliers de vendeurs à augmenter leurs activités. Jumia, c’est aussi 4 millions de clients, entre 700 000 et 1,8 million de produits sur nos sites, 20 millions de visiteurs par mois », avait indiqué le co-directeur général de Jumia, Sacha Poignonnec en 2017.

En 2019, la plateforme d’e-commerce dirigée par deux Français projette de franchir la barre du milliard d’euros de volume d’affaires avec 5 millions de clients et lancer une cinquième levée de fonds. « L’Afrique est le continent qui connaîtra la plus forte croissance des 50 prochaines années. Le commerce en ligne pèse déjà 15 % des ventes de détail aux Etats-Unis, alors même que le réseau de magasins est extrêmement dense, 20 % en Chine et en Afrique, où les infrastructures mettront du temps à se développer, il se taillera la part du lion jusqu’à 50 % », a-t-il anticipé.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here