vendredi 23 juin 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Syndicalisme : les élections des délégués du personnel ne font pas courir

  • dimanche, 06 mars 2016 17:14
  • Écrit par  Chamberline Moko
Syndicalisme : les élections des délégués du personnel ne font pas courir © newsducamer.com

Alors que les élections des délégués du personnel sont prévues ce 1er mars dans toutes les entreprises, l’on observe un manque d’engouement dans certaines d’entre-elles.


Les élections des délégués du personnel dans les entreprises sont prévues pour ce 1er mars sur toute l’étendue du territoire national. Sont concernées, les entreprises publiques, privées, parapubliques, civiles ou militaires comprenant au moins 20 travailleurs. Quelques jours seulement avant l’échéance du 1 er mars, seules, quelques rares entreprises s’attèlent à préparer ces élections. D’autres entreprises en revanche « ont décidé de ne pas organiser ces élections », souligne Isaac Bissala, président de l’Union générale des travailleurs du Cameroun (UGTC). Ce refus, à en croire Isaac Bissala peut s’expliquer par plusieurs raisons. « Il y a des employeurs qui ne veulent pas de délégués de personnel dans leur entreprise tout simplement parce qu’ils ne veulent pas entendre parler des réclamations et des doléances de leur employés », fait savoir Isaac Bissala.
Par ailleurs, « d’autres employeurs, qui généralement violent les propres textes qui régissent leurs entreprises, sont également hostiles à l’idée d’avoir des délégués de personnel », poursuit Isaac Bissala. Sachant que le délégué du personnel a également pour mission de veiller à l’application et au respect des textes qui régissent l’entreprise, il y a de quoi inquiéter le patron. Pour faire simple, ces employeurs décident de ne pas organiser les élections des délégués du personnel dans leur entreprise. Face à cette situation « le gouvernement ferme malheureusement les yeux », déplore le président de l’UGTC. Or, dans ce cas, c’est à L’État de trainer ces entreprises en justice en raison de la violation de la réglementation  en vigueur.
A ce refus des employeurs, s’ajoute également la peur des employés de tenir ces élections sociales. « Par peur de perdre leur emploi, certains travailleurs refusent d’être délégués du personnel. Il peut aussi avoir des candidats, mais l’employeur refuse que ceux-ci soient représentés par des syndicats. Ces délégués restent alors à la merci de leur employeur », renchérit le président de l’UGTC. Autant de griefs qui plombent les élections sociales et entraine un manque d’engouement pour lesdites élections. Ce manque d’engouement à être délégué du personnel est accentué par le fait que les délégués du personnel au Cameroun ne sont pas protégés, comme le fait savoir le syndicaliste Isaac Bissala.

Dernière modification le lundi, 07 mars 2016 00:39

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages