dimanche 22 octobre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Intégration : L’Union européenne secoue les dirigeants de la Cemac

L’Union européenne engage les Etats de la Cemac à tenir leurs engagements en matière de libre circulation des personnes et des biens.

Aucun président de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac) ne passera à côté des recommandations de l’Union européenne (UE) sur l’intégration dans cette sous-région, qui ronronne depuis de nombreuses années déjà. C’était d’ailleurs avec la volonté de donner un coup d’accélération à ce processus d’intégration que l’UE se concertait à Libreville au Gabon le 22 avril 2016 avec le Programme des nations unies pour le développement (Pnud) et les responsables de la Cemac.

Cette journée de réflexion sur la circulation des personnes et des biens dans l’espace Cemac, une série de recommandations a donc été élaborées. La première concerne le respect des engagements des présidents de la sous-région en matière d’intégration. Pour la plupart des cas, ces engagements à l’instar du passeport Cemac ont été renvoyés aux calendes grecques. La recommandation la plus importante est néanmoins celle qui concerne le financement de cette intégration. La Cemac a mis en œuvre en 2002 une taxe ou prélèvement communautaire d’intégration (TCI/P), qui est une taxe d’affectation spéciale, instituée dans tous les Etats membres aux fins de financement du processus d’intégration régionale. Elle fait partie intégrante du tarif des douanes de la Cemac. L’assiette est la valeur en douane des importations en provenance de l’extérieur de l’union (Coût-assurance-fret).

L’UE affirme en tout cas qu’elle est décidée à accompagner la Cemac dans son chantier de l’intégration. « Nos débats ont donné lieu à de nouvelles réflexions qui seront très utiles pour toutes les parties prenantes au processus d’intégration. C’est dans cet esprit que je tiens à renouveler l’engagement de l’Union européenne à soutenir le renforcement de ces institutions afin de garantir leur avenir », a déclaré la directrice de la commission européenne en charge de l’Afrique de l’Ouest et centrale. « La construction de pays en paix, inclusifs et résilients est cruciale pour assurer un développement durable à long terme de l’Afrique centrale. Le programme développement durable à l’horizon 2030 est la feuille de route qui nous permettra d’éliminer la pauvreté et de construire des sociétés stables sur une planète viable. Nous continuons à œuvrer en étroite collaboration avec l’Union européenne, la CEEAC et la Cemac pour bâtir un avenir de dignité et sans laisser pour compte », a souligné à ce propos, la directrice adjointe du Bureau régional pour l’Afrique centrale, Mme Rudy Sandu Rojon.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages