mardi 20 février 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Comité de normalisation : L’incontournable prorogation que Happi «ne voulait pas» Spécial

Le sujet est sur les lèvres, sous fond de polémiques et le normalisateur se prononce.


Depuis quelques jours, des informations non officiels annoncent la prorogation du mandat du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), jusqu’au 28 mai prochain. Une décision que d’aucuns attribuent d’ailleurs aux cinq normalisateurs installés à Tsinga depuis le 8 septembre 2017. Alors qu’on est à un mois exactement de la fin de leur bail à la tête de l’instance faitière du football camerounais.


Et à l’évidence, il est certain que la mission confiée au Comité de normalisation ne sera pas achevée au 28 février prochain. D’autant plus que le gros du travail n’est pas encore engagé : le processus électoral. Depuis la mi-novembre, date d’annonce de l’envoi des moutures des textes envoyés à la Fédération internationale de football association (Fifa), les normalisateurs se contentent de la gestion des affaires courantes. Or Me Happi Dieudonné prévoyait des élections entre janvier et décembre, «au cas où les textes reviennent le 15 janvier» 2018. «La phase d’adoption des textes débutera immédiatement après la validation des avant-projets par la Fifa. Le processus électoral sera engagé dès adoption de ces statuts, d’abord au niveau des arrondissements, ensuite au niveau départemental, dans les régions et au niveau national», prévoyait-il. Plus de deux mois après, c’est le silence total. Laissant libre cours à toutes sortes d’interprétations. Les pourfendeurs du normalisateur en chef lui attribuant la responsabilité du retard pris.


A son arrivée au Maroc pour les travaux de l’Assemblée générale de la Confédération africaine de football (Caf), Dieudonné Happi a tenu à clarifier la situation. D’abord «je ne suis pas au courant d'une quelconque prorogation et ne pense pas qu'on (la Fifa) puisse faire une pareille chose, sans en informer les principaux concernés, qui sont les membres du Comité de normalisation», a démenti l’homme. «Nous avons terminé les textes depuis et c'est transmis à la Fifa, depuis le 14 décembre. Nous attendons leur validation pour poursuivre le travail», rappelle-t-il à kamerfoot.com.


Nommés le 8 septembre 2017 pour six mois, suite à une décision de la Fifa le 23 août 2017, le Comité de normalisation II, a bouclé cinq mois déjà, sans avoir avancé plus loin que la confection des moutures des statuts et du Code électoral. Alors que l’homme est accusé de jouer de tact pour demeurer à la tête de la Fécafoot, l’homme qui avait annoncé en arrivant, qu’il ne va pas passer un seul jour de plus, est pris dans le piège du réalisme. En attendant la Fifa qui ne semble pas se presser, il y a le gouvernement qui a manifesté l’intention de revisiter le cadre législatif qui encadre la pratique du sport au Cameroun, avant le renouvellement des organes dirigeants des fédérations sportives dont les mandats sont forclos depuis plus d’un an. Entre temps, la Normalisation subit. Le 28 février approche à grand pas. Il va être difficile de tenir dans les délais. L'Assemblée générale de la Fécafoot devant adopter les textes avant le démarrage du processus électoral qui démarrera par les ligues départementales, puis régionales et enfin fédérale. Avec à chaque fois un contentieux électoral qui peut s'étaler sur plusieurs instances judiciaires. En clair, au-delà du 28 février, il n'y aura pas d'élus. La transition se poursuivra. Avec ou sans Happi.

Dernière modification le mercredi, 31 janvier 2018 20:26

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages