mardi 20 février 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Présidentielle 2018 : Akere Muna, noyau d’une coalition de partis et de la société civile Spécial

Une plateforme est en cours de négociation à Yaoundé.


Akéré Muna vient de franchir un pas vers la présidentielle. L’avocat candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2018, vient d’être désigné candidat de la "Plate-forme pour une nouvelle république". Une coalition comprenant cinq partis politiques et quatre associations de la société civile. Et comme l’on pouvait s’en douter au réveillon de la Saint sylvestre en observant une forte proximité entre Akéré Muna qui offrait un dîner et Alice Sadio, présidente de l’Alliance des forces progressistes (Afp), c’est ce parti cofondé par Bernard Muna, qui joue les premiers rôles. Le parti abrite les travaux de la coalition. On y retrouve aussi l’Upc qui était représentée aux assises par Teghe Hott, vice-président, le parti national des patriotes camerounais (Pnpc) basé à Bertoua, le Front populaire pour le développement (Fpd) basé à Ngaoundéré et le Bloc pour la reconstruction de l’indépendance économique du Cameroun (Bric), le parti d’Ernest Pekeuhot qui avait déjà investi Esther Dang en 2011. Et comme mouvements de la société civile, au premier rang, Dynamique citoyenne, la Coalition citoyenne pour le Cameroun (Coacic), le Synemicam (un mouvement syndical) et le mouvement Now sous la bannière de laquelle s’active Akere Muna depuis l’annonce de sa candidature.


L’objectif de la Plate-forme pour une nouvelle république est de «réunir ou fédérer des partis politiques, des groupes politiques, des organisations de la société civile, des personnalités politiques et d'autres organisations et personnes, tous signataires de cette Plateforme, pour la naissance d'une nouvelle république avec un leadership au service du peuple camerounais». Avec pour intérêt de «soutenir et à accueillir un candidat à la présidence désigné par la Plateforme pour les élections de 2018». Et le choix est déjà porté sur l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun qui était déjà en course.


Selon Sam Severin Ango, l’attaché de presse d’Akéré Muna, «avec ces partis politiques, la question de l’investiture ne se pose plus, car la plupart de ces formations disposent d’élus». Akéré Muna ne compte pas que sur les membres actuels de la coalition. «La plateforme signée ce jour est l’aboutissement de divers échanges et négociations entreprises depuis, et d’autres sont encore en cours». La semaine dernière déjà, Akéré Muna et Maurice Kamto s'étaient rencontrés à Yaoundé, pour ouvrir des échanges en vue d'une candidature unique à présenter face à Paul Biya. "Les négociations se poursuiven", assure Sam Sévérin Ango. 

Dernière modification le lundi, 15 janvier 2018 20:19

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages