lundi 20 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Un centre de lutte contre l’extrémisme violent bientôt créé au Cameroun Spécial

Cette structure aura pour mission de freiner la progression de l’extrémisme dans la partie septentrionale du Cameroun et d’œuvrer pour l’élaboration de stratégies efficaces de lutte contre cette doctrine.

Le Cameroun aura bientôt son centre de lutte contre l’extrémisme violent. Le projet de mise en œuvre de cette structure était au centre d’une rencontre que présidait le ministre de la jeunesse le 8 novembre dernier à Yaoundé. Conscient du fait qu’un grand nombre de jeunes ont été enrôlés, formés et incités à perpétrer des actes de violence, le chef du département ministériel en charge de la jeunesse s’est senti interpellé. C’est la raison pour laquelle Mounouna Foutsou soutenu par l’unité du Commonwealth de lutte de contre l’extrémisme violent travaillent à la mise en place de ce centre.

La structure qui œuvrera également à la promotion de la paix au Cameroun sera indépendante et inclusive. Elle servira de point de convergence aux différents acteurs impliqués dans la lutte contre la secte Boko Haram. De manière plus concrète, le centre qui sera mis en place va agir au niveau des causes de l’extrémisme violent au Cameroun.

Ces causes sont entre autre la pauvreté, le chômage, la corruption, souligne Mark Albon, chef de l’unité de lutte contre l’extrémisme violent au secrétariat général du Commonwealth à Londres. La structure aura donc pour mission de trouver des moyens pour freiner le développement de ces fléaux dans la partie septentrionale du pays.

A côté de cela, le centre de lutte contre l’extrémisme travaillera à mettre en place des solutions de lutte contre cette doctrine radicale. Ces solutions prendront en compte les réalités locales et reposeront sur l’alerte rapide, l’intégration de notions de paix, de dialogue, de tolérance dans les différents programmes scolaires, a rajouté Mark Albon.

A sa suite, Mounouna Foutsou a indiqué que le centre en gestation permettra aux jeunes de jouer un role de catalyseur de paix. « Le centre favorisera l’inclusion sociopolitique et permettra de mettre en place de meilleures moyens d’autonomisation des jeunes. Ces derniers bénéficieront de nombreux programmes des structures nationales et internationales qui les aideront à être moins vulnérables face à l’extrémisme », a conclu le membre du gouvernement.

 

 

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages