dimanche 22 octobre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Georges Alain Boyomo à la tête de Mutations Spécial

Le rédacteur-en-chef du quotidien Mutations cumule désormais le poste de directeur de publication du quotidien privé.

 A quarante ans seulement, Georges Alain Boyomo occupe depuis le 31 mars 2017 le plus prestigieux poste de directeur de publication du quotidien Mutations. Il succède ainsi au journaliste Xavier Messè, qui avait démissionné quelques jours avant sa nomination. Le journaliste de la promotion 2003 de l’Esstic se hisse à un poste qui a vu passer les vétérans de la presse à l’instar de Haman mana (1997-2007), Alain Blaise Batongue (2007-2012) et Xavier Messè (2012-2017). Ce qui fait de lui le plus jeune top manager de l’histoire de Mutations et pourquoi pas de la presse écrite privée.

Mais contre toute attente, sa promotion ne le surprend pas. Certains diront même que le meilleur journaliste presse écrite en 2015 (Prix Ascom Prize) s’enfle d’orgueil et attire la convoitise, sachant qu’il est le plus jeune journaliste à occuper ce poste depuis les 26 années d’existence de Mutations. Que dalle! Le nouveau directeur de publication de Mutations reste serein et garde la tête sur les épaules. Son objectif : redonner au quotidien Mutations ses lettres de noblesse. « Théoriquement, j’aurai pu m’attendre à ce poste parce que j’ai fait tout le parcours à la rédaction. J’ai été reporter, chef de service, rédacteur-en-chef adjoint, rédacteur-en-chef », explique sereinement le président du Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Titulaire d’une licence en Allemand, Georges Alain Boyomo a également été respectivement rédacteur-en chef de radio Campus, du mensuel l’Echo de la vallée et le bimensuel satirique de l’Esstic Caviar. Aussi, a-t-il été correspondant du quotidien Le Messager dans le Grand Nord avant de déposer ses valises en 2009 à Mutations. C’est donc un journaliste pétrit d’expérience, maitrise les arcanes de la rédaction de Mutations qui s’engage à viabiliser l’entreprise en proie à un marasme économique. « Nous avons quand même gagné un certain nombre de combats. Maintenant nous devons gagner le pari de la viabilité économique de l’entreprise afin que les journalistes de Mutations puissent vivre de leur salaire. C’est un challenge important. Aussi, faut-il renforcer la culture de la performance parce que de la viabilité économique de notre entreprise dépend de notre rendement ».

 Homme calme, peu bavard, sociable mais fin stratège, c’est donc a juste titre que Protais Ayangma, président du conseil d’administration de la South Medias corporation (entreprise éditrice de Mutations) lui a assigné la mission de faire régner la discipline au sein de l’entreprise après une plainte de certains employés contre lui. Cependant, ce père de cinq enfants entend surpasser son caractère affable pour faire régner l’ordre. « Il faut éradiquer les clans au sein de l’entreprise et là je serai intransigeant. Mon challenge sera également d’apprendre la loyauté aux employés envers leur entreprise », indique t-il. Toutefois, il rassure des lendemains meilleurs. « Nous savons que l’environnement de la presse est difficile mais ma gestion sera collégiale, cela ne voudrait pas dire que mon autorité sera diminuée je reste modeste et j’estime qu’avec l’apport des confrères, je ne doute pas qu’on puisse aboutir à quelque chose d’intéressant », confie le nouveau « Dp ».    

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages