Impact du Covid-19 : L’Etat va perdre 800 milliards de francs CFA

Cette enveloppe inclut entre autres le manque à gagner en termes de recettes fiscales et douanières qui est estimé à 114 milliards de francs CFa.

0
571

On a désormais une idée sur ce que va coûter à l’Etat la pandémie du Covid-19. Au cours d’une conférence de presse tenu le 14 mai dernier, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze a déclaré que les pertes de l’Etat vont se chiffrer à 800 milliards de francs CFA. Cette évaluation, a-t-il souligné, inclut notamment les recettes fiscales et douanières qui s’élèvent à 114 milliards CFA (il s’agit d’une perte de 92 milliards de francs CFA en ce qui concerne les recettes internes et 22 milliards au titre des recettes douanières). En effet, il est désormais avéré que la crise sanitaire qui sévit depuis la fin de l’année 2019 bouleverse l’Afrique y compris le Cameroun. Le Minfi a d’ailleurs rappelé à l’occasion de cette conférence de presse que « cette crise affecte aussi bien les personnes physiques que morales, le secteur privé comme public ». Au niveau de l’Etat, les effets sont perceptibles dans ses ressources financières qui prennent un sérieux coup. D’ailleurs, le Minfi a emprunté à une image pour illustrer le niveau d’effort déjà fourni par l’Etat pour prendre en charge toutes les dépenses liées au Covid-19 : « la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a. C’est un trésor public qui connaît lui-même des problèmes qui est appelé à secourir tout le monde. C’est à partir de cette caisse qui connaît elle-même les effets néfastes de la crise que le gouvernement a décidé de voler au secours du milieu d’affaires et des populations, ce qui n’est pas déjà facile ». Il convient de souligner que depuis le début de cette crise sanitaire, l’Etat, dans son rôle régalien, n’a lésiné sur aucun moyen pour venir en aide à la fois aux populations qu’aux entreprises.

Dépenses

A titre d’illustration des dépenses effectuées par l’Etat, il y a lieu de souligner que le 26 avril dernier, Elysée Eyenga, le chef de la section administration et finances du comité de riposte au Covid-19 déclarait sur les antennes de la télévision nationale que l’Etat avait dépensé plus de 8 milliards de francs CFA, dans la lutte contre cette pandémie. Dans le détail, il expliquait que : «les dépenses ne sont pas homogènes et on ne doit pas percevoir cela sur le coût par malade. Il y a effectivement eu des dépenses sur les personnes en confinement et celles prises en charge dans des formations hospitalières. Mais il y a aussi toutes les dépenses effectuées pour acheter les équipements de protection pour les personnels médicaux, le relèvement des plateaux techniques et le financement de la décentralisation, la prise en charge dans les hôpitaux situés en région». Bien plus, il notait que la seule prise en charge d’un malade de Covid-19 avait un impact significatif dans les caisses de l’Etat. Pour Elysée Eyenga, cette prise en charge prend en compte « les frais d’alimentation, le processus funéraire en cas de décès du patient. Sans oublier toutes les dépenses liées à l’acquisition des tests, masques de protection et de l’ensemble des équipements qui permettent une prise en charge efficace de la pandémie comme l’achat des lits d’hospitalisation et du matériel d’oxygénation“.

Payement des crédits TVA

En outre, il y a lieu d’ajouter qu’avec la mise en œuvre des récentes mesures édictées par le gouvernement, d’autres ressources financières ont été débloquées pour minimiser les effets du Covid-19 sur les entreprises. Cela s’est traduit par le déblocage de 15 milliards de francs CFA, au titre du remboursement des crédits TVA. Cette somme représente l’avance d’un montant global qui est de 25 milliards de francs CFA. A cette initiative viennent se greffer plusieurs autres mesures. Notamment « la déductibilité totale pour la détermination de l’impôt sur les sociétés des dons et libéralités consentis par les entreprises pour la lutte contre la pandémie du Covid-19 ; l’exonération de la taxe à l’essieu du 2ème trimestre, et éventuellement des 3ème et 4ème trimestres ; l’exonération de la taxe de séjour dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration pour le reste de l’année 2020, à compter du mois de mars 2020, dont une fraction revient à l’Etat ». Il faut également ajouter à cette liste l’impact sur les ressources fiscales des Collectivités Territoriales Décentralisées à travers « l’exonération au titre du 2ème trimestre, de l’impôt libératoire et des taxes communales (droit de place sur les marchés, etc) au profit des « bayam sellam » ; l’exonération de l’impôt libératoire et de la taxe de stationnement pour les taxis et motos taxis du 2ème trimestre, et éventuellement des 3ème et 4ème trimestres ; l’exonération de la Taxe de séjour dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration pour le reste de l’année 2020, dont une partie revenait aux CTD ».

Rapatriement des Camerounais de l’étranger

Dans sa dernière sortie officielle, le Premier ministre Joseph Dion Ngute a donné des chiffres précis sur le nombre de Camerounais résidant à l’étranger et qui ont été rapatriés aux frais de l’Etat. Ainsi, a-t-il souligné, le premier contingent de 795 personnes a regagné le pays au courant des mois de mars et d’avril. Ces mêmes opérations de rapatriement ont permis de ramener au pays natal, le 9 mai dernier, 930 Camerounais, soit un total de 1 725 personnes déjà rapatriées. Même s’il n’a pas indiqué le coût global de cette opération, il convient de noter que certaines indiscrétions estiment l’enveloppe globale à plus de 700 millions de francs CFA. Cependant, l’Etat n’entend pas baisser les bras, et ambitionne de continuer à honorer ses différents engagements. Le Minfi l’a d’ailleurs rappelé lors de la conférence de presse que « c’est un gouvernement décidé à travailler d’arrache-pied pour qu’on n’arrive pas dans le pays à la catastrophe avec entre autres effets comme le non-payement des salaires ou bien le non-respect de certains engagements de l’État ».

Par Junior Matock

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.