« Il n’y a aucun retard à Olembé »

A six mois de la livraison du stade qui portera le nom du chef de l’Etat, Paul Biya et qui abritera le match d’ouverture et la finale de la CAN 2019, le patron de l’entreprise en charge de la construction du Complexe d’Olembé rassure. Sam Thamin donne les détails de l’état d’avancement des travaux sur le chantier.

0
506
?

Quel Est l’état d’avancement des travaux de construction du futur complexe d’Olembé à Yaoundé ?

Le travail a bien avancé. Nous sommes toujours dans les délais tels que c’est planifié. Pour le stade principal par exemple, on va finir avec l’installation des gradins le 15 juillet prochain ; la tribune nord est achevée, de même que la moitié de la tribune est où nous sommes en train d’attaquer le rester. Pour la tribune présidentielle et la tribune ouest, on a reçu le dernier matériel et on a commencé depuis la dernière semaine du mois de mai à l’installation de la structure ; on a bien avancé avec le premier étage qui est fini totalement, alors que le deuxième étage est fini au niveau des structures métalliques ; on a commencé à déposer les dalles, cette étape sera achevée d’ici la première semaine d’août.

On a reçu 40 % des éléments de la couverture du stade et le reste va arriver dans un bateau qui a déjà quitté l’Italie et qui devrait arriver à Douala le 7 juillet. Dès l’arrivée de ce matériel, on va commencer l’assemblage de cette couverture. Normalement, on va effectuer la pose complète de la couverture d’ici la première semaine de novembre. Pour les deux stades annexes, le travail a également bien avancé à ce jour. On va bientôt finir avec les structures des tribunes notamment en fin juillet pour le premier et début août pour le deuxième. Je puis vous rassurer que nous avons avancé dans toutes les zones en fonction des délais.

Pour le Centre commercial et l’hôtel, les travaux structurels ont commencé et sont bien avancés. Le reste des éléments structurels va arriver avec le bateau qui va amener le matériel de couverture. Notre objectif c’est de finir le gros œuvre des structures principales de l’hôtel et du Centre commercial d’ici fin juillet. On va faire tout notre possible pour atteindre cet objectif.

En termes de chiffre, quel est le taux de réalisation de ce projet ?

Le Complexe d’Olembé est un projet très complexe : il y a 4 250 activités et chacune de ces activités a un certain pourcentage d’avancement. Donner le taux de réalisation global du projet n’est pas évident. On est dans le programme des travaux. Peut-être qu’il y a des activités qui sont plus avancées que d’autres en fonction du chronogramme. On reste dans le chronogramme. C’est la même chose avec le gazon. Nous avons commencé la transportation des pépinières de gazon et je vous assure que le travail a aussi bien avancé ; le gazon a commencé a poussé et va se développer encore plus. La pelouse a été faite par une entreprise de renommée qui a mixé le terrain végétal avec la fibre. Puis, elle va faire une sorte de tapis qui sera ensuite posé sur l’aire de jeu du stade d’ici octobre prochain.

La dernière mission de la CAF a fait remarquer que Piccini avait quelques jours de retard dans le travail. Quelques mois plus tard, avez-vous les assurances que ce retard a été rattrapé ?

Je vous le dis : il n’y a aucun retard à Olembé. Les observations de la CAF lors de leur dernière visite, concernaient tous les stades en construction dans le pays ; parce que c’était la dernière rencontre avec les officiels. Nous avons ici 4 250 activités parmi lesquelles, des activités critiques. Dans chaque moment, il y a au moment 120 activités en cours. Si on prend deux activités qui ont une semaine ou deux semaines de retard, il faut aussi relever qu’il y a cinq activités qui sont très avancés par rapport au chronogramme. Pour être correct au niveau technique et professionnel, on doit regarder les activités critiques du chantier et à ce niveau, il n’y a aucun retard. Les cinq ou six activités qui ont été jugées en retard par la CAF quant à elles, sont achevées déjà. Donc, il n’y a plus de retard à ce niveau également. L’important aujourd’hui, c’est le travail au niveau global.

On a cru entendre il y a peu de temps, que certains ouvriers se plaignent des conditions de travail. Qu’en est-il de la situation à ce jour ?

Le climat de travail est serein. Il n’y a aucun problème ni avec Piccini, ni au sujet des conditions de travail. Il y a un esprit très positif ; si ce n’était pas le cas, il n’y aurait pas toutes ces avancées. Au niveau des employés directs de Piccini et des employés recrutés par nos sous-traitants, il n’y a aucun problème. Ce qui est important ici, c’est le transfert des compétences. Le pourcentage des Camerounais qui travaillent au montage des éléments préfabriqués était de 0 à l’époque, et aujourd’hui, il atteint les 70 %. C’est quelque chose de vraiment positif et je pense que les gens qui ont eu cette opportunité en ont beaucoup profité. Il y a beaucoup d’opportunités ici pour les Camerounais : il y a des entreprises, des fournisseurs, des sous-traitants, des agences, des bureaux de contrôles, des cabinets qui travaillent chez nous. La bonne ambiance qu’il y a ici est très importante.

Qu’est-ce qui donne la garantie du respect des normes standards dans les travaux qui sont réalisés sur le chantier du futur Complexe d’Olembé ?

Il y a beaucoup de garanti. Première chose : tout le système qu’on utilise ici, est un système qu’on a utilisé avant. Si on parle de structure ou de stade, c’est le même type de délais, d’activités, de rythme de travail et de qualité. C’est pareil pour l’hôtel et le Centre commercial. La grande garantie, c’est la marque Piccini. Nous ne sommes pas ici pour tester quelque chose qu’on n’a jamais fait avant. Nous sommes ici pour construire un Complexe qui va être livré dans les délais à savoir que le stade principal, Paul Biya et ses deux annexes doivent être livrés le 28 décembre 2018. Ce sera fait. Pas après décembre 2018. L’hôtel et le Centre commercial, eux, seront livrés en février 2019.

Entretien mené par Arthur Wandji

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here