Hommage : Fotso Victor élevé au grade de commandeur du mérite agricole

Le patriarche a été inhumé à Bandjoun ce 20 juin 2020.

0
242

Fotso Victor repose désormais à Mbouo par Bandjoun. Le patriarche a été inhumé dans son village natal dans la capitale du département du Koun-khi ce 20 juin 2020. Dans la stricte intimité familiale. Mais au terme d’une cérémonie à laquelle les contraintes du confinement n’ont pas enlevé le faste. L’élite politique, économique, des membres du gouvernement et la communauté de l’ouest ont rendu hommage à cet homme qui a tout donné à sa contrée et à son pays au cours de ses 94 ans de vie sur terre. En reconnaissance de son immense œuvre pour la Nation, le milliardaire de Bandjoun a été fait commandeur du mérite agricole par le président de la République, représenté pour la circonstance par Jean Nkuété, le secrétaire général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le parti au pouvoir qu’il servait depuis de longues années.

Par ailleurs, Victor Fotso a été inhumé avec son téléphone portable, en respect à ses dernières volontés. Mais si la famille a pu respecter cette volonté, elle ne s’accorde pas encore sur la gestion de l’héritage du défunt. Il a fallu une passe judiciaire pour que à Laure Njitap puisse organiser les obsèques de son défunt père. Celle qui, en compagnie de Maptué Fotso, était du dernier carré des dizaines d’enfants du défunt à ses derniers moments sur terre, a dû affronter devant la justice française certains de ses frères et sœurs ainsi que certaines veuves de son défunt père, pour obtenir l’organisation des cérémonies funéraires de l’ancien maire de Bandjoun.

Issu d’une famille modeste, Victor Fotso n’a pas eu la chance de se bâtir un avenir par l’éducation. Et a vite été piqué par le virus des affaires. La ville de Mbalmayo a accueilli le jeune commerçant dans ses premiers pas dans le monde des affaires. En quittant la terre des hommes plus de soixante ans après, Fotso Victor laisse un empire économique qui s’étend au-delà des frontières nationales. Une prospérité que l’homme a partagée avec ses semblables. En commençant par ce qu’il lui a le plus manqué dans sa vie pourtant réussie : l’école. Ainsi, toute un établissement de l’enseignement supérieur a été construit et offert à l’Etat du Cameroun : l’Institut technologique Fotso Victor de Bandjoun qui est rattaché à l’Université de Dschang. « La ville de Bandjoun est un don de Fotso Victor », reconnaissait un ressortissant de cette ville de la région de l’ouest. En reconnaissance à l’œuvre de développement de ce capitaine d’industrie qui eut se targuer de signer la plupart des œuvres de développement de cette ville sur une cinquantaine d’années. Lui qui en a été maire de 1997 à son décès sur venu le 20 avril dernier en France. Et à travers le territoire national, la magnanimité de Victor Fotso s’est exprimée.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.