Gicam : le bilan de Célestin Tawamba au scanner

Un an après son élection, le président du Groupement inter-patronal du Cameroun a présenté son rapport à la 126ème Assemblée générale de l’organisation, le 21 juin dernier à Douala.

0
894

Devant la 126ème Assemblée générale du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) le 21 juin dernier à Douala, Célestin Tawamba a fait le bilan de la première année de son mandat baptisé « Gicam en action ». Conformément aux Statuts de l’organisation, les travaux de cette Assemblée ordinaire ont été consacrés à l’examen des comptes d’activités et des résultats financiers de l’exercice écoulé. Six points ont meublés les assises : les présentations du rapport d’activités par le secrétaire exécutif, du rapport de gestion du Conseil Exécutif et du rapport du commissaire au compte ; les échanges ; l’adoption des résolutions ; et enfin, très important, la présentation du rapport moral du président. Rassuré par la vitalité retrouvée au sein du mouvement patronal, Célestin Tawamba a « évoqué les dernières réformes implémentées par le Conseil Exécutif, la situation de l’économie et a abordé trois questions essentielles de la vie des entreprises et de l’organisation patronale », indique une note d’information de l’organisation.

Un directeur de Cabinet affecté au président


Séance tenante, le président du Gicam a annoncé que le Conseil exécutif avait décidé de la création du poste de directeur de Cabinet du président, notamment pour « renforcer la capacité de réflexion et d’anticipation stratégiques du Groupement ». Cette responsabilité a été confiée à Francis Sanzouango, ancien secrétaire général du Gicam, maison qu’il a quittée il y a 14 ans pour prendre en charge d’importantes responsabilités au sein du Bureau international du Travail (BIT) à Genève. Au Gicam, des sources assurent que ces décisions accompagnent plusieurs évolutions apportées dans une démarche stratégique, visant à recentrer le Groupement sur ses missions originelles à savoir : la représentation, la défense et la promotion des intérêts des membres, la promotion de la compétitivité des entreprises et du secteur privé du Cameroun. A cet effet, abordant la situation économique du pays, le président du mouvement patronal camerounais a réaffirmé le constat d’une décélération du rythme de la croissance économique et des difficultés du pays à lui insuffler ce second souffle malgré l’avènement d’un Programme économique et financier soutenu par le FMI.

Célestin Tawamba a par ailleurs relevé la faiblesse de l’investissement direct étranger avant d’insister sur quelques préoccupations des chefs d’entreprises telles que : la qualité préoccupante de l’environnement des affaires reflétée par le classement du pays sur l’échelle du Doing Business ; les problèmes de concurrence déloyale de produits importés et de commerce illicite ; les problèmes liés à la traversée du Pont sur le Wouri ; le remboursement des crédits de TVA et de la dette intérieure de l’Etat ; et la nécessité de sortir de la sous-traitance au bénéfice de la cotraitance des marchés publics. La présentation de l’action du Groupement au cours des douze derniers mois a quant à elle donné à voir « une activité intense », impulsée notamment par « la redynamisation des Commissions et marquée par des échanges réguliers avec les administrations, l’implémentation de plusieurs projets de coopération et un déploiement remarqué à l’international », apprend-on encore. De même, les présentations du rapport de gestion du Conseil exécutif du Gicam et celui du commissaire au compte, aussi satisfaisants l’un que l’autre, ont fait place à « une intense et enrichissante séance d’échanges avec les adhérents. Ces échanges ont porté sur la stratégie globale de l’action du mouvement, la situation des comptes, les relations des membres entre eux et avec le Groupement, les enjeux globaux et sectoriels ainsi que la gouvernance interne de l’organisation ». Du coup, cette 126ème Assemblée générale ordinaire du Gicam s’est achevée par l’adoption de cinq résolutions approuvant notamment à l’unanimité, le rapport de gestion du Conseil exécutif, celui du commissaire aux comptes et le renvoi, à l’Assemblée générale du mois de décembre, de l’examen de la proposition de modification des Statuts du Groupement.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here