Finances publiques: les programmes à inscrire dans le budget 2019 passés au peigne fin

Il est question de s’assurer qu’ils sont en cohérence avec les objectifs de l’Etat.

0
1325

“Veiller à la cohérence des programmes avec les objectifs de politiques publiques de l’Etat “. Tel est l’objet principal de la septième session du Comité Interministériel d’Examen des Programmes (Ciep) lancée récemment à Yaoundé par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze. En ouvrant les travaux du Ciep, instance dans laquelle on analyse les programmes des différents départements ministériels à inscrire dans le projet de budget de l’Etat, Louis Paul Motaze a tenu à rappeler aux participants la nécessité de « veiller à ce que les programmes examinés soient en cohérence avec les objectifs de politiques publiques de l’Etat ». A cet effet, le Minfi leur a demandé de tenir compte du contexte dans lequel se tiennent ces assises. Il est marqué par « la fin du deuxième cycle triennal des programmes des administrations de l’Etat arrêtés en 2016 et qui ouvre la voie au nouveau triennat 2019-2021 », a expliqué Louis Paul Motaze. En effet, a-t-il souligné, « au cours de ce triennat qui débute pratiquement à la fin de la période de mise en œuvre du Dsce, le gouvernement se doit d’encadrer et de partager avec les administrations sectorielles, les objectifs stratégiques et opérationnelles qui légitiment les nouveaux programmes et leurs interventions, en attendant la finalisation de la stratégie de développement qui viendra matérialiser la deuxième phase de la vision 2035 ». Autre élément important, a martelé Louis Paul Motaze, c’est le fait que cette session du Ciep se tient au cours d’une année qui marque un « tournant décisif dans la conduite de la réforme des finances publiques ». Laquelle se matérialise par la transposition des directives du cadre harmonisé de gestion des finances publiques de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac). L’objectif recherché par l’ensemble des mesures déjà prises par le gouvernement est de « mieux informer la représentation nationale sur les perspectives budgétaires de la Nation, afin de rendre la dépense publique toujours plus juste, plus efficiente et plus efficace ». Avec une telle innovation a indiqué Louis Paul Motaze, « l’exigence de documents budgétaires permettant de rendre plus visible le lien entre la programmation des ressources et les objectifs poursuivis par les politiques publiques mises en œuvre au sein des programmes se fera de plus en plus pressante pour le gouvernement ».

Les innovations et axes prioritaires du Ciep 2018

A en croire Louis Paul Motaze, le Ciep 2018 est porteuse d’innovations. De prime à bord, il change de format organisationnel. De deux semaines par le passé, il se tient en quatre jours seulement cette année. De plus, de l’approche ministérielle antérieure, il revêtit une approche sectorielle. Toute chose dont le bénéfice est la recherche « d’une plus grande pertinence et cohérence de l’action publique ». En termes d’axes prioritaires à prendre en compte figurent l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, l’exécution du Plan Triennal « Spécial Jeunes », la lutte contre le terrorisme et l’insécurité transfrontalière, entre autres.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here