Finances : Les freins à la mobilisation de l’épargne nationale

Ils vont de la faible diversification des produits d’épargne financière, aux déficiences des mécanismes de protection des épargnants et l’accès réduit des populations aux services financiers.

0
877

Plusieurs facteurs ont été identifiés comme étant des obstacles à la mobilisation de l’épargne nationale. Au nombre de ceux-ci figurent la faible diversification des produits d’épargne financière caractérisée par l’inexistence de cadres réglementaires pour certains supports d’épargne longue tels que les produits d’épargne collective, d’épargne salariale et de retraite complémentaire. A cet élément se greffent les déficiences des mécanismes de protection des épargnants qui se traduisent par une faible transparence des contrats des dépôts, une tarification excessive des services financiers, les défaillances en matière de gouvernance des institutions financières, des frais de gestion et de coûts d’acquisition. Par ailleurs, l’étude sur la mobilisation de l’épargne nationale a identifié la « faible accessibilité des populations aux services financiers comme l’un des obstacles majeurs”.

Et ce à cause de la faible pénétration des établissements financiers et de leur couverture géographique du territoire limitée ; les conditions difficiles d’accès aux services financiers, la réduction des activités des services financiers de la Poste. A cela s’ajoute ce que les experts appellent « l’inefficacité de l’intermédiation financière », en relation avec les difficultés rencontrées par les établissements de crédit pour orienter les ressources collectées vers le financement des investissements du fait notamment de la nature courte de l’essentiel de leurs dépôts, du poids des contraintes réglementaires, de l’absence de garanties des emprunteurs.

En plus, dans ce même registre figure l’impact limité des mesures d’incitations fiscales en faveur e l’épargne longue sur les comportements des ménages, car les spécialistes estiment que : « en raison notamment de leur sensibilisation insuffisante sur les avantages procurés, et de l’absence parfois de lien entre les incitations et la durée de détention de l’épargne ».

Junior Matock

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here