Finances : La Beac limite les paiements et retraits par cartes bancaires

0
455

Dans une note signée par le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac), le 10 juin dernier, Abbas Mahamat Tolli limite le montant des retraits et paiements par cartes bancaires. Désormais donc, pour tous ceux qui effectuent ces opérations hors de la Communauté des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac), grâce aux instruments de paiement électroniques que sont : les cartes bancaires à débit immédiat, les cartes bancaires à débit différé ou cartes de crédit et les cartes prépayés, le montant est fixé à « 5 millions de francs CFA par personne et par voyage », d’après la note du gouverneur de la Beac.

Laquelle note précise d’ailleurs que pour ceux qui désirent effectuer des transactions allant au-delà de cette somme, ils devront au préalable se soumettre au respect de certaines conditions telles que « la justification par le voyageur, à priori et à postériori des montants sollicités », et pour les achats de biens et services, « justifier à priori et à postériori la transaction, et le cas échéant, la domiciliation de l’opération ». En ce qui concerne le règlement à distance de certaines opérations telles que le payement en ligne, la note du gouverneur de la Banque centrale souligne en son article 7 que « dans la limite d’un million de franc CFA, ce type d’opération est libre, sous réserve du respect des dispositions de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme applicables dans la zone Cemac ». Pour des paiements en ligne qui vont au-delà de 5 millions de francs CFA, les concernés sont tenus de « fournir des justificatifs de la transaction de l’instrument de paiement électronique à l’intermédiaire agréé, par tous moyens laissant trace, dans un délai de 30 jours ».

Selon des spécialistes des questions bancaires, ces mesures sont prises par la Beac dans le but de « limiter la sortie des devises ». L’on se souvient qu’au mois d’avril dernier, le Groupement Inter patronal du Cameroun (Gicam), tenait à son siège une réunion sous le thème « comprendre la nouvelle réglementation des changes dans la Cemac ». Le président de la plus importante organisation patronale du Cameroun, Célestin Tawamba, avait d’ailleurs saisi cette occasion pour poser le problème de la rareté des devises auprès des banques commerciales. Célestin Tawamba affirmait à cette occasion que « l’accès aux devises est une préoccupation majeure pour 71 % des patrons membres du Gicam ». Mais au-delà de la question de la limitation de la sortie des devises, des experts affirment que cette mesure de la Beac vise à « lutter contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ». Cette intention découle d’ailleurs de la note du gouverneur de la Beac qui précise en son article 10 que « les émetteurs des instruments de paiement transmettent mensuellement à la Beac un relevé des transactions visées, comportant les informations telles que l’identification du titulaire de l’instrument de paiement électronique, la date, le montant et la devise, la contre- valeur en CFA, le motif, le lieu et le bénéficiaire ».

Par Junior Matock

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here