Endettement: Aucun arriéré de remboursement en fin septembre 2018

C’est ce que révélait la note sur l’exécution budgétaire de l’etat pour le compte de l’exercice 2018.

0
388

Selon la note sur l’exécution du budget de l’Etat pour le compte de l’exercice, en fin septembre 2018, le pays n’affichait aucun arriéré au niveau du remboursement de ses dettes auprès de ses différents créanciers. En d’autres termes, le Cameroun avait assuré 100 % du service de sa dette extérieure. De manière détaillée, le gouvernement a déboursé la somme de 260 milliards de francs CFA pour tenir ses engagements vis-à-vis de ses bailleurs de fonds, ce qui traduit une hausse de 87 % par rapport à l’année 2017, d’après les données contenues dans ce document du Minfi.
C’est que, depuis la signature du Programme Economique et Financier avec le Fonds Monétaire International, les autorités camerounaises gardent un œil attentif sur la situation de la dette du pays. A ce sujet, au cours des différentes missions du FMI au Cameroun, conduites par Corine Delechat, cette dernière n’a eu de cesse d’indiquer que « les autorités camerounaises s’efforcent de préserver la viabilité de la dette publique, notamment en limitant les emprunts non concessionnels ». C’est d’ailleurs, expliquent les experts, l’un des points ayant favorisé le déblocage successif des appuis budgétaires en direction du Cameroun. L’incident du retard de payement de la dette du Cameroun vis-à- vis de l’Espagne a failli jeter de l’huile sur du feu, mais les responsables du Minfi avaient rassuré quant à la résolution de cette affaire. A ce propos, il se susurre au sein de ce département ministériel que les consignes en matière de remboursement de la dette sont claires : « respecter les échéances de remboursement » parce qu’elles participent à garder la crédibilité et la confiance auprès des PTF. C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle aboutie l’agence américaine Moody’s qui met en relief la « capacité du Cameroun à rembourser ses dettes, malgré la crise économique ».
D’après certains experts des questions de finances publiques, la dette publique du Cameroun demeure viable sur un horizon de 20 ans, avec cependant un degré de risque de surendettement qui, bien que modéré, appelle à davantage de diversification des produits d’exportations. En plus, au-delà du remboursement de sa dette, le Cameroun a opté pour l’élargissement de l’assiette fiscale, à l’effet d’accroître les recettes non pétrolières. Ces dernières affichaient d’ailleurs une hausse de 111,66 % entre 2008 et 2018, période au cours de laquelle ces recettes sont passées de 1 277 milliards de francs CFA à 2 703 milliards de francs CFA. Cependant, à fin mars 2019, ces recettes ont affiché un déficit de 649,1 milliards de francs CFA. Ainsi, par rapport aux 799,2 milliards de prévisions trimestrielles, elles sont en retrait de 150,1 milliards, soit un taux de réalisation de 81,2 %.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here