Emission des obligations du trésor : une dizaine de projets ciblés

Ils concernent les secteurs tels que l’eau et l’énergie, les travaux publics, le développement urbain, les infrastructures sportives, etc.

0
768
Emission des obligations du trésor : une dizaine de projets ciblés

Rien n’a été improvisé dans l’opération d’émission des Obligations du Trésor Assimilables (OTA). Pas même l’objectif pour lequel il a été initié, encore moins le choix des projets que ces ressources sont censés financer. En effet, selon un cadre en service au ministère des Finances (Minfi), ces projets concernent divers secteurs essentiels, notamment l’eau et l’énergie, les travaux publics, le développement urbain, les infrastructures sportives, entre autres.

Eau et énergie

Les ressources issues des émissions des OTA, vont permettre d’injecter 14,7 milliards de francs CFA dans le secteur de l’eau et de l’énergie. Les projets concernés sont notamment l’électrification de 184 localités par système photovoltaïque, l’Alimentation en Eau Potable (AEP) de la ville de Yaoundé à partir de la Sanaga. En effet, l’on se souvient que pour le premier projet, le ministère de l’Eau et de l’Energie avait lancé en septembre 2017 un appel à manifestation d’intérêt pour la sélection de cabinets d’études en « vue de la maîtrise d’œuvre dudit projet ». Il s’agit, informe-t-on du côté du Minée, « de la phase II du projet d’électrification de 350 localités par système photovoltaïque, fruit de la coopération avec la République populaire de Chine ». Il convient d’ailleurs de souligner que pour ce projet, le Cameroun a signé avec Bank of China, en 2017, un accord de prêt d’un montant de 123,3 millions de dollars, soit environ 71 milliards de francs CFA. En ce qui concerne le deuxième projet, en fin septembre 2018, le Minée, Gaston Eloundou Essomba faisait savoir qu’il connait un taux d’avancement de 30 %. Des données qui doivent avoir évolué depuis lors, selon des cadres de ce département ministériel. Ce projet est aussi financé par Eximbank China, à hauteur de 399 milliards de francs CFA et exécuté par l’entreprise chinoise Sinomach. Il a pour objectif de « mettre un terme au déficit en eau potable de la ville de Yaoundé, en apportant dans sa phase initiale un complément de 300 000 m3 /j, puis 400 000 m3 /j dans la phase d’extension ». Ce projet permettra de couvrir les villes et localités riveraines, telles que : Batchenga, Obala, Nkometou, Soa et Ntui.

Travaux publics

Dans le domaine des Travaux Publics, plusieurs projets majeurs sont visés. La poursuite du désenclavement du bassin agricole de l’Ouest, le bitumage des routes Mengong-Sangmelima, Ekondo TitiKumba, Manki-Pont de la Mape et la construction du pont sur la Mape. C’est au total 54,8 milliards qui seront mis à la disposition de ces projets. Toutefois, dans le détail, les travaux de construction de la route Ekondo Titi-Kumba dans la région du SudOuest ont été attribués à l’entreprise Soroubat. D’une longueur de 60 kilomètres, ce projet s’inscrit dans le cadre du volet routier du Plan d’Urgence, section de la route nationale N°16 dans la région du Sud-ouest. La facture de ce chantier s’élève à plus de 38 milliards de francs CFA. Développement urbain

Le secteur du développement n’a pas été négligé par le gouvernement. Il compte y investir 43,5 milliards de francs CFA. Dans l’optique de la poursuite des travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen, la réhabilitation de la voie Bokova Park-Baptist Church-Malingo Street, la réhabilitation des voies Buea Council-Mount Mary Hospital.

Infrastructures sportives

Dans ce registre, il est question de mettre un accent particulier sur l’achèvement des projets relatifs à la construction des stades et voies d’accès. Le tout pour un montant de 20 milliards de francs CFA. D’ailleurs, des experts affirment que compte tenu de l’urgence qui s’impose, notamment à travers l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations (Chan202 0), il était plus urgent d’accélérer les travaux sus-évoqués. A ces projets il faut greffer les 8 milliards destinés aux Fonds routier, les projets du Plan d’Urgence Triennal (Planut) relevant du guichet trésor qui nécessitent 10 milliards de francs CFA, etc… En outre, il convient de souligner que ces projets obéissent « aux dispositions de la loi N°2018/022 du 11 décembre 2018, portant loi de finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2019. Il est prévu des émissions de titres publics pour un montant maximal de 260 milliards de francs CFA ». C’est dans ce sillage, explique la même source, « que le président de la République, Paul Biya, a par décret N° 2019/149 du 22 mars 2019, habilité le Minfi à recourir à l’émission des OTA pour le financement des projets de développement inscrits dans ladite loi ». La poursuite et l’achèvement de ces projets vont concourir, déclarait le Minfi le 13 mai dernier à Yaoundé, « non seulement à l’amélioration des conditions de vie des citoyens, mais également contribuer à soutenir la croissance économique de notre pays ».

Junior Matock (Défis Actuels)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here