Economie Numérique : Minette Libom Li Likeng relance l’extension de la fibre optique

La ministre des Postes et Télécommunications a présidé mardi dernier la 6e session du comité national de pilotage du projet Central African Backbone.

0
5451

Après une longue période  d’arrêt, le Comité  national de  pilotage du projet Central African  Backbone (CAB) s’est  réuni le 30 octobre dernier à  Yaoundé afin de relancer les  travaux dudit projet (qui a  pour but de réduire la facture  numérique dans la sous-région,  en la dotant d’un réseau  de télécommunications faible  à haut débit) en vue de sa  bonne exécution. Présidée par  le ministre des Postes et Télécommunications,  Minette  Libom Li Likeng, par ailleurs  présidente dudit Comité, cette  6e session visait entre autres  à examiner et adopter les mesures  idoines pour l’exécution  rationnelle du projet, d’évaluer  la mise en œuvre des activités  et les recommandations de la  réunion du 5 avril 2017 ainsi  que d’examiner le plan de travail  et le budget annuel 2018.  « Les activités du projet ont  connu un ralentissement avec  la non tenue des sessions de  décembre 2017 et de juin  2018 du comité de pilotage  […] cette session qui nous  permettra de relancer nos travaux  en vue de la bonne exécution  de ce projet phare pour  le développement des infrastructures  de télécommunications  dans notre pays »,  reconnait Minette Libom Li Likeng.

En dépit de la période d’hibernation  du projet CAB au Cameroun,  les statistiques  montrent que ce projet  connait une évolution par  rapport au 31 décembre  2017. De source interne au  Minpostel, au 20 octobre  2018, l’on note 16 activités en  exécution contre une à fin décembre  de l’année précédente.  « Pour la mise en  oeuvre de cette phase du projet,  cinquante activités doivent  être engagées  financièrement avant le 30  juin 2019 exécutés avant le  31 décembre 2018 », apprend-  on auprès du Comité  national de pilotage du projet  CAB.

Constitué d’une composante  régionale et d’une composante  pays, le projet CAB, né  de la volonté des chefs d’Etat  de la sous-région, a pour objectif  de contribuer à la réduction  du coût élevé des  télécommunications /TIC sur  le climat des affaires dans la  sous-région, à la création  d’emplois sous toutes ses  formes et à l’extension de la  production des biens et services  contribuant à la réduction  de la pauvreté. Ce réseau  devrait relier tous les pays de  la communauté à travers une  connexion terrestre ou sous-marine  à fibre optique. « ce  projet de mise en œuvre d’un  réseau de Télécommunications  haut débit à la fibre optique  en Afrique centrale va  relier les pays de la sous-région  notamment le Congo, la  Centrafrique et le Nigeria […]  Nous avons un système d’information  des marchés climatiques  qui va permettre aux  populations des zones rurales  de pouvoir accéder au marché  et de connaitre en  même temps la météorologie  de leur sous-région », précise  le nouveau coordonnateur du  projet CAB, Pierre Paul Bissombi.

En outre, ce projet qui s’inscrit  dans le cadre de la mise  en place des infrastructures  de développement de télécommunications  adéquates  vise également à rattraper le  retard du Cameroun dans le  développement de l’économie  numérique et à l’accélération  de l’industrialisation.  Surtout que, explique le  coordonnateur du projet CAB,  ce projet permettra à terme  la digitalisation des populations  des zones désenclavées.  Ceci à travers la  création des télécentres, la  connexion des centres de  promotion des femmes et de  la famille au numérique pour  ne citer que ceux là.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here