Drame de Bafoussam : La solidarité nationale en marche

Autorités traditionnelles, acteurs politiques rivalisent de sollicitude auprès des victimes.

0
1092
Le sultan des Bamoun accueilli par chef des Bamougoum

Paul Biya n’est pas allé personnellement soutenir ses compatriotes sinistrés par l’éboulement de terrain survenu à Gouache dans le 3ème arrondissement de la ville de Bafoussam. Comme une sorte de tradition. Le premier Camerounais n’étant pas habitué à assister physiquement ses compatriotes frappés par des malheurs. Les sinistrés de Bafoussam se contenteront de l’enveloppe de 200 millions mis à leur disposition par le gouvernement. De quoi organiser le deuil pour certains et se recaser pour les autres.
Mais sur le terrain, la solidarité nationale est en marche. C’est à un balai de personnalités que l’on assiste sur le site « tristement touristique ».

Bal ouvert par Sa majesté François Miterrand Fotso. Le chef supérieur des Bamougoum, dans la pure tradition des peuples des Grassfield, est allé faire le deuil sur le site du sinistre, au moment où la probabilité de retrouver des survivants sont désormais presque définitivement nulles. Avant de recevoir dans sa cour royale, le sultan roi des Bamoun, très présent sur le terrain humanitaire. Ibrahim Mbombo Njoya est ensuite allé compatir aux souffrances du peuple voisin, en se recueillant sur le site du drame. Avant de quitter les terres de Bamougoum, le sultan roi des Bamoun a offert une somme d’un million de francs Cfa pour la prise en charge des blessés internés à l’hôpital régional de Bafoussam. Un geste déjà initié par l’honorable Sylvestre Ngouchinghe, député de la Mifi. L’élite du village sinistré a mis une enveloppe de 30 millions de francs Cfa à la disposition des victimes.

Paul Eric Kingue s’entretient avec un responsable local du Minsanté

Dans la foulée, Paul Eric Kingue ne s’est pas privé du « devoir » moral. L’ancien prisonnier et promoteur du mouvement politique AGIR, était sur le terrain également ce jour. Serge Espoir Matomba, premier secrétaire du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (Purs), avait déjà fait le déplacement du lieu de pèlerinage de triste mémoire. « Fidèle à sa politique de proximité qui place l’homme au cœur de la politique sociale, Serge Espoir Matomba est arrivé dans la capitale régionale de l’ouest en fin de soirée, le jour même de l’annonce de la catastrophe. Le lendemain Mercredi 30 octobre, le leader du PURS et ses militants sont descendus sur le terrain afin de toucher du doigt la réalité du drame», peut-on lire dans le communiqué sanctionnant la mission. Si « Serge Espoir Matomba salue les premières mesures prises ainsi que le fonds de solidarité débloqué, [l’homme] regrette que nous soyons dans des situations de constantes urgences ». Pour le candidat à la dernière élection présidentielle, « ce drame arrive parce que les questions de protection civile sont mises en retrait au profit de la mauvaise gouvernance ». Convaincu que « si gouverner c’est prévoir, alors ne rien prévoir c’est vivre dans le chaos constant».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.