Discours de fin d’année: Paul Biya promet d’intensifier la lutte contre les groupes armés

Dans un contexte sécuritaire toujours tendu, il a réaffirmé sa détermination de combattre les groupes armés qui continuent de « perturber la vie publique, économique et sociale dans les régions anglophones ».

0
1248

Il était temps que l’année 2019 s’achève. 14 mois après sa dernière réélection à la magistrature suprême, Le Chef de l’Etat fait toujours face à la crise sécuritaire qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis 2016. C’est donc un Paul Biya égal à lui-même qui s’est exprimé le 31 décembre dernier. S’adressant aux groupes armés qui continuent de semer la terreur dans ces régions du pays, Paul Biya a renouvelé son appel à déposer les armes, avant de promettre le pire à ceux qui s’obstinent à perpétrer des actes de violence. « Pour ceux qui s’obstinent à demeurer dans la mauvaise voie et qui continuent à avoir recours à la violence, nous n’aurons pas d’autre choix que de les combattre pour protéger tous nos concitoyens. Nos forces de défense et de sécurité feront une fois de plus leur devoir avec mesure, mais sans faiblesse », a-t-il martelé dans son allocution. Tout en assurant son soutien et sa considération aux forces de défense et de sécurité, le président de la République a égrainé un chapelet de mesures qui ont été mises sur pied pour ramener la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il a cité notamment le Grand Dialogue National qui a abouti au vote par l’Assemblée Nationale et le Sénat des lois concernant la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme ; la loi portant code général des collectivités territoriales décentralisées ; et le statut spécial des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, qui prend en compte les spécificités du sous-système éducatif anglophone, de la Common Law et de la chefferie traditionnelle.

L’appel à aller aux urnes et à respecter les résultats du scrutin.
S’il est revenu sur plusieurs sujets, Paul Biya a souligné avec emphase la nécessité d’aller aux urnes le 09 février prochain à l’occasion du double scrutin législatif et municipal. « J’exhorte donc tous les Camerounais inscrits sur les listes électorales à aller voter, en ayant conscience qu’ils éliront des femmes et des hommes qui traduiront dans les faits les réformes voulues par le peuple camerounais, notamment l’accélération de la mise en œuvre de la décentralisation », a-t-il déclaré, après avoir rassuré que des mesures sécuritaires ont été prises pour assurer la sécurité des électeurs. « Des dispositions sécuritaires ont été prises pour que, sur toute l’étendue du territoire, tous nos concitoyens puissent exercer leur droit de vote. Si cela s’avère nécessaire, elles seront davantage renforcées », soutient-il.
Sans citer ceux qui continuent de revendiquer la victoire à la présidentielle, Paul Biya a tenu à donner une petite leçon de démocratie. « Lorsque les conditions ont été réunies et que nous avons, ensemble, jeté les bases de la démocratie dans notre pays, je n’ignorais pas que le chemin serait semé d’obstacles. Ce fut effectivement le cas, mais nous avons réalisé des progrès remarquables. Malheureusement, une minorité, au Cameroun comme dans la diaspora, paraît avoir oublié les règles qui gouvernent la vie démocratique. Est-il nécessaire de rappeler qu’une démocratie a pour seul arbitre le peuple souverain ? Lorsque celui-ci s’est prononcé à travers des élections libres et transparentes, et que les résultats sont proclamés après l’examen d’éventuels recours, ces résultats doivent être respectés et acceptés par tous », a-t-il fait savoir. Le président de la République a enfin tenu à préciser que : « Ce ne sont ni les réseaux sociaux, ni tel ou tel organe de presse qui peuvent changer les résultats d’une élection, encore moins les manifestations illégales, les violences et les attaques personnelles ou haineuses ».
Joseph Essama

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.