Discours à la nation : Paul Biya en pacifiste et unificateur

0
1334
L'homme a su garder le sourire (Photo d'archives)

« Front commun », « ensemble », « union sacrée », « solidaire »,… sont revenus dans le discours de Paul Biya ce 19 mai 2020. Loin des slogans à connotation invective que le Chef de l’Etat emploie parfois pour tancer l’opposition ou ses partisans impétrés dans des actes qui déshonorent le gouvernement, Paul Biya a changé de cap. Le temps de la célébration de la Fête de l’unité, le commandant en chef des armées qui avait déserté depuis plus de deux mois que la pandémie du Covid-19 terrorise le monde entier, est sorti du bois pour s’adresser à son peuple en rassembleur. Loin de toute polémique, et alors que le gouvernement est en ordre de bataille contre le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) de Maurice Kamto qui, face à la « désertion » du commandant en chef des armées, a décidé d’appeler le peuple à s’organiser pour combattre le virus à travers une solidarité nationale qui rencontre des difficultés à se réaliser sur le terrain. « Je salue à ce propos, une nouvelle fois, l’attitude de la quasi-totalité des dirigeants politiques et des autorités religieuses qui ont accepté de se joindre à ce combat national», a-t-il lancé. Et même l’ensemble du peuple camerounais : «La plupart d’entre vous ont bien compris que devant le danger sournois que représente le COVID-19, il convenait de mettre de côté les querelles politiciennes et de présenter un front commun »,a-t-il constaté.

Après avoir remercié en les citant nommément les partenaires internationaux qui ont jusqu’ici accompagné le gouvernement dans cette lutte, Paul Biya n’a cité aucun nom local. Comme à son habitude. Mais l’homme est reconnaissant pour tout effort fourni dans ce sens : « Certains dirigeants politiques qui n’appartiennent pas à la majorité gouvernementale se sont exprimés dans ce sens. Je les en remercie», a-t-il salué dans son discours. Laissant aux uns et aux autres le soin de déceler les dirigeants politiques dont il parle. Entre Cabral Libii dont les positions plus ou moins proches de la mouvance gouvernementale, dont l’initiative a avorté du fait du blocage administratif et qui a assisté au déploiement du sa militante l’honorable Nourane Fotsing, et Maurice Kamto resté radical et qui est actif sur le terrain des dons aux populations, les Camerounais sont partagés. Toujours est-il que Paul Biya n’a pas voulu frustrer un quelconque acteur de la lutte. «Dans cette période difficile, nous devons rester un peuple uni, solidaire et discipliné. J’en appelle donc à une sorte d’« union sacrée » de toutes les forces vives de la Nation pour combattre la pandémie du Coronavirus », a plaidé le chef de l’Etat.

Dans le respect des lois républicaines

Pas que le gouvernement en soi si dépassé. « Je veux…que vous sachiez que le Gouvernement, sous mon impulsion, fait le maximum possible pour nous sortir de cette grave crise sanitaire », rassure-t-il. Concrètement, « les mesures de protection ont d’ores et déjà été prises pour contrer la propagation du COVID-19 sur notre territoire », rappelle-t-il. Et « le Gouvernement est pleinement conscient de la gravité de la situation et est prêt à prendre toutes les mesures nécessaires», garantit le président de la République. Alors « je demande donc aux Camerounaises et aux Camerounais de faire confiance aux pouvoirs publics », supplie-t-il. « Le défi est certes grand, mais nous sommes capables de le relever ensemble comme nous l’avons fait en de nombreuses autres circonstances», assure-t-il.

Mais Paul Biya sait que le virus a révélé les limites des capacités de tous les Etats du monde. Alors le président de la république appelle à la solidarité nationale. « J’invite particulièrement tous les responsables politiques, tous les hommes de religion, tous les leaders d’opinion, tous les responsables d’associations, tous les chefs traditionnels et tous les corps constitués à continuer à s’investir pleinement dans ce combat contre le Covid-19», appelle-t-il. Mais « bien entendu, tout ceci dans le cadre fixé par le Gouvernement et dans le respect des lois et règlements de la République », recadre-t-il.

D’ailleurs, « dans le combat qui est le nôtre aujourd’hui, le Gouvernement s’emploiera à poursuivre la lutte contre toute instrumentalisation ou exploitation politique, économique ou sociale de cette tragédie », prévient le chef de guerre. Alors « je sais pouvoir compter, une fois de plus, sur votre patriotisme, votre sens des responsabilités et votre courage pour qu’ensemble, nous parvenions à vaincre ce fléau qui touche la planète entière », adoucit-il le ton. Et ressort par des conseils : « Évitons de stigmatiser ceux qui sont atteints par la maladie. Chacun doit se sentir concerné et apporter sa contribution au combat contre la propagation de ce virus. N’oublions pas que la négligence d’une seule personne peut nuire gravement à l’ensemble de la communauté. Ne baissons donc pas la garde ».

Pour une sortie attendue, le temps d’une guerre pour laquelle il n’a pas été physiquement présent sur le front de la guerre, Paul biya a saisi l’occasion de la fête de l’Unité qui ne sera pas célébrée de façon festive, pour prêcher l’unité de son peuple. “Dans cette période difficile, nous devons rester un peuple uni, solidaire et discipliné“, a-t-il prêché.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.