Discours à la jeunesse : Paul Biya retrouve son amour son amour pour le football

Le président de la République a ouvert son discours du 10 février 2021 par le sport roi.

0
544
Paul Biya a retrouvé le sourire avec le football

Si le Cameroun a échoué au pied du podium du 6ème Championnat d’Afrique des nations (CHAN), il aura réussi le pari d’une organisation certes teintée de déchets, mais tout au moins au-dessus du vécu, selon des appréciations concordantes. Le sujet était si proche et l’écho si retentissant que Paul Biya ne pouvait y échapper. Le président de la république a ouvert son discours à la jeunesse par cet événement qui vient de s’achever. Le second d’envergure dans un pays qui a fait du football son sport roi, et en a rapporté les lauriers, sans parvenir à organiser lui-même, jusqu’à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) féminine 2016. Une victoire de l’organisation « grâce à la forte mobilisation de sa jeunesse dynamique, talentueuse et enthousiaste», attribue le Premier sportif national. Paul Biya a même pris le risque de confondre la Confédération africaine de football (CAF) qui a opposé une fin de non recevoir au remplissage des stades à 50% de leurs capacités dès le second tour du tournoi comme le souhaitaient les autorités camerounaises. Ce, au motif du non respect des mesures-barrières édictées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Pour le président camerounais, « le respect des mesures-barrières a permis que le CHAN se déroule de manière convenable». Alors que la CAF a utilisé le même argument à dans le sens opposé, pour maintenir le remplissage des gradins à 25% de leurs capacités. Toujours est-il que par cette « victoire » à la camerounaise, « 2021 commence sur une note positive pour notre jeunesse». Et « en 2022, il y a aura la CAN Total Cameroun 2021 ; ce sera encore l’occasion de faire montre de votre dynamisme, votre talent et votre enthousiasme », a-t-il flatté. De quoi amener Paul Biya à ne pas regretter d’avoir consenti autant d’investissements que l’opinion publique a dénoncés car les stades camerounais ont englouti de faramineuses sommes d’argent largement au-dessus des enveloppes dédiés à pareils investissements ailleurs.

Pour l’homme en tout cas, revenant au CHAN, « c’était une bonne vitrine pour notre pays». Un pays qui a souvent vendu au monde l’image d’un pays où règne la corruption, les détournements de deniers, l’indiscipline. D’ailleurs l’Agence de promotion des investissements en a saisi l’opportunité pour se vendre et vendre le label Cameroun. C’est un retour à un sujet qui l’a très souvent passionné dans ses discours mais qui a disparu avec la mauvaise passe que traverse le ballon rond au pays des Lions indomptables. Mais aujourd’hui, avec le CHAN et les infrastructures qu’il a pu construire après des décennies d’injures, Paul Biya a des raisons de renouer avec ses anciennes amours.

Occasion de vanter la Stratégie nationale de développement à l’horizon 2030 (SND30) qui est la nouvelle boussole de développement du pays. Une boussole dans laquelle la jeunesse devrait tirer partie des opportunités à saisir. Mais au préalable, « il faut s’en imprégner…», conseille Paul Biya. En attendant, le chef de l’Etat annonce que le Plan triennal spécial jeunes a pu financer 5500 projets pour un montant de pas moins de 15 milliards de francs CFA.

Fleur aux groupes d’autodéfense

Mais pour que le pays puisse parvenir à ses ambitions, le président de la république a un caillou dans la chaussure : la paix et la sécurité qui sont en péril depuis quelques années, avec notamment deux fronts qui perturbent la quiétude du dirigeant : l’Extrême nord avec la secte Boko Haram et sur le front ouest avec les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest où se mène une guerre de sécession. Mais fort heureusement, salue Paul Biya, grâce encore à la jeunesse, les frontières territoriales n’ont pas encore été contestées. Paul Biya ne loue pas seulement les efforts des jeunes qui ont choisi le port du treillis, mais aussi les groupes d’autodéfense et autres comités de vigilance qui assurent un relais informel entre les populations et les forces de défense et de sécurité. « Puisse leur exemple vous inspirer», a-t-il lancé. En tout cas, « il y a trois ans, dans les mêmes circonstances, je vous rappelais que chaque génération a une mission à remplir. La paix, l’unité et la prospérité de notre nation est votre défi», a-t-il engagé sa jeunesse. Tançant ceux des jeunes qui ont choisi la voie de la rébellion pour se faire entendre dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Paul Biya n’a pas manqué l’occasion d’inviter la diaspora à jouer sa partition pour le développement du pays : « si vous allez à la conquête du monde, revenez construire le pays», a-t-il appelé les jeunes allés chercher fortune ailleurs.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.