Développement local: le Pndp récompense les 30 meilleures communes

Une enveloppe de 50 millions de francs CFA a été remise, à chacune des deux premières communes de chaque région qui se sont distinguées par leur performance et leur progressivité.

0
104
Le Pndp récompense les 30 meilleures communes.

La bonne gestion des finances publiques locales, ainsi que l’implémentation des processus participatifs de développement au sein des communes, ne sont plus des faits anodins. Le Programme National de Développement Participatif (Pndp), bras séculier du ministère de l’Economie, de la Planification et l’Aménagement du Territoire (Minepat) en matière de développement, récompense ces bonnes pratiques. C’est dans ce cadre qu’il faut situer la cérémonie de récompense des 30 meilleures communes qui s’est déroulée la semaine dernière à Yaoundé. En effet, Alamine Ousmane Mey a remis une prime de 50 millions de francs CFA à chacune des deux meilleures communes de chaque région pour la performance réalisée. Et une enveloppe de 25 millions de francs CFA à chacune des 10 autres communes ayant réalisé la meilleure progressivité entre 2017 et 2018. Ainsi, pour l’édition 2018, on retient qu’en matière de performance, la commune de Bamendjou, dans la région de l’Ouest, occupe la première place sur le plan national avec un score de 87/100. Elle est suivie de prêt par celle de Pitoa, région du Nord, qui totalise un score de 86/100. Dans la catégorie progressivité, la commune de Somalomo, située dans la région de l’Est est maillot jaune avec un score de 60,12. Son suivant immédiat est la commune de Massangam, basée dans la région de l’Ouest qui affiche un score de 50,47. En effet, dans l’optique d’intensifier la mise en œuvre des mécanismes suscités, et de favoriser l’appropriation par les communes, il a été institué au sein du Pndp, un guichet performance. Il s’agit d’un guichet d’incitation à la performance et à l’amélioration, entre autres, de la gestion budgétaire et comptable, de la transparence et la gouvernance locale et de l’appropriation de la démarche participative promue par le Pndp. Ce trois domaines se traduisent, entre autres par le dépôt régulier des états financiers de la commune aux institutions habilitées, notamment le Trésor, la Chambre des comptes, et la mise en œuvre des solutions endogènes dans les villages, en passant par la vérification des mécanismes d’entretien et de maintenance des ouvrages. Pour cette deuxième édition, 336 communes sur 360 au Cameroun, ont pris part à la compétition, ce qui équivaut à un taux de 93 %. On note aussi que les notes ont progressé, passant d’un score moyen de 32 % au niveau national en 2017, à 44,4 %.

Junior Matock (Défis Actuels)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here