Denise Fampou dément tout lien avec l’affaire Mebe Ngo’o

Le maire de Douala 2ème a commis une lettre à cet effet ce 6 mars 2019.

0
744
Denise Fampou se désolidarise de Mebe Ngo'o

«…Madame le maire tient à porter à l’attention de l’opinion et particulièrement des concitoyens de Douala 2ème qu’elle n’est ni de près, ni de loin impliquée dans l’affaire qui oppose l’Etat du Cameroun à monsieur Edgard Alain Mebe Ngo’o, ex ministre délégué à la Présidence chargé de la défense ». Au moment où Edgard Alain Mebe Ngo’o se bat contre les enquêteurs du corps spécialisé du Tribunal criminel spécial (Tcs) contre une descente aux enfers, Denise Fampou a cru nécessaire de clarifier sa situation face à des informations qui lui attribuent une proximité amical avec Edgard Alain Mebe Ngo’o, actuellement en proie à d’ennuis judiciaires dans le cadre de sa gestion des affaires publiques du temps où l’homme était encore aux affaires. Les mêmes informations faisaient état de ce que la rénovation de la Maison du combattant de Bonanjo, ouvrage de la famille Fampou, a été financée par l’ex Mindef. Du coup, la fille de l’ancien maire Fampou Dagobert a même été annoncée dans une tentative de fuite par pirogue.

Denise Fampou rassure ses administrés qu’« elle est libre de ses mouvements » ; mieux, qu’elle «sort d’un séjour privé en Europe, il y a moins de quatre jours et ne fait l’objet d’aucune surveillance policière ». A propos de l’objet des ennuis qu’on lui colle, « la Maison du Combattant a été rénovée sur fonds privés propres, sans aucune et n’a bénéficié d’aucune subvention ni appui d’une institution publique », jure-t-elle.

La maire de Douala 2ème voit derrière ces « élucubrations grotesques… des hommes politiques bien connus [d’elle] qui sont déjà plongés dans la fièvre des échéances électorales proches, en manque d’arguments, sans scrupule, sans repère moral, et perdus dans leurs rêves chimériques depuis la nuit des temps ». A cet effet, Denise Fampou à « ne point se laisser distraire par ces aventuriers… »

Le communiqué de Denise Fampou

Depuis le 5 mars 2019, Edgard Alain Mebe Ngo’o qui répond à des convocations du Tribunal criminel spécial depuis quelques semaines, est sous le coup d’une garde-à-vue. Selon des sources concordantes, l’homme est poursuivi dans le cadre d’affaires dont il aurait tiré des bénéfices indus avec la société française Magforce. Une entreprise qui commercialise des équipements militaires. Mais aussi d’autres affaires liées à sa gestion du ministère de la Défense.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here