Crédits : Les microfinances réclament 106 milliards aux clients

Ces créances en souffrance représentent 23 % du portefeuille de crédits octroyés par ces institutions au 31 décembre 2017.

0
826

« Clients voltigeurs ». C’est ainsi que le ministre des Finances, Louis Paul Motaze a qualifié le 21 juin dernier à Yaoundé, ces personnes qui se donnent pour sport favoris d’aller d’une microfinance à une autre, trainant avec eux de lourdes dettes impayées. Conséquence ? L’ardoise des créances en souffrance, c’est-à-dire des dettes non remboursées s’accumule, mettant parfois à mal le fonctionnement des établissements de microfinance (EMF). Tenez ! A mi-décembre 2017, les créances en souffrance pondérée étaient de 36,3 milliards de francs CFA. En fin 2017, ce montant à tripler pour se situer à 106,40 milliards de francs CFA. Soit environ 23 % du portefeuille de crédits octroyés au Cameroun, contre 13,13 % pour les établissements de crédit, selon les données publiées par le ministère des Finances (Minfi).

Et pour cause ! La difficulté, voire l’impossibilité pour les EMF d’apprécier efficacement la capacité d’un emprunteur à rembourser ses dettes. Et ce, du fait de l’indisponibilité et/ou de l’insuffisance, au moment de l’octroi du crédit, des informations financières sur le niveau total d’engagement envers l’ensemble du système financier, gage de sa solvabilité et du remboursement à terme du crédit. Une situation jugée alarmante  par le Louis Paul Motaze au cours de la cérémonie de lancement de la Centrale des risques des EMF dont l’objectif vise à améliorer la qualité des informations financières des EMF sur les emprunteurs. Afin d’accroître la contribution des EMF dans la promotion de l’inclusion financière et de la croissance du Cameroun. Dans ce sens, les performances des EMF en 2017 donnent plutôt de l’espoir.

Performances

A titre d’illustration, les données officielles indiquent que dans la zone Cemac, au 30 juin 2017, le secteur de la microfinance compte 840 établissements ayant reçu l’avis conforme de la Commission Bancaire de l’Afrique centrale. Le Cameroun à lui tout seul compte 531 EMF. De manière globale, l’activité des EMF au Cameroun représentent 53 % des dépôts à vue, soit plus de 340 milliards de francs CFA. On note aussi que 69 % des crédits octroyés à la clientèle en zone Cemac au cours de la période sous revue l’ont été par les EMF en activité au Cameroun. Ce qui représente plus de 244 milliards de francs CFA et un total de bilan de 445 milliards de francs CFA.

En outre, au 31 décembre 2017, le total de bilan des EMF se situait à 15,38 % de celui des établissements de crédit. Les dépôts quant à eux représentaient 16,66 % du total des dépôts de ces établissements tandis que les crédits accordés par les EMF correspondaient à 13,98 % du total des crédits des établissements de crédit. Autre chiffre. 3,03 millions de comptes étaient ouverts dans les EMF au Cameroun, contre 2,14 millions dans les établissements de crédit. Par ailleurs, au cours de l’exercice 2017, le nombre de comptes ouverts a augmenté de 5,85 % dans le secteur de la microfinance, contre 6,40 % dans le secteur bancaire.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here