SONY DSC

Edith Kahbang Walla est (toujours) la présidente du Cameroon people’s party (Cpp). Le Tribunal administratif du Centre a tranché ce jour dans le litige qui opposait le Cpp (version Kah Walla) au ministère de l’Administration territoriale (Minat). Dans un post publié sur les plateformes de la coalition Stand-up for Cameroon, la présidente du parti en a fait l’annonce: “Le tribunal administratif de la région du Centre a annulé la décision de M.Atanga Nji du 20 juillet 2018, où il s’était impliqué illégalement dans les affaires du Cpp et avait nommé différentes personnes à la tête du Cpp“, écrit-elle. “Nous, le Cpp, avons battu M. Atanga Nji au tribunal aujourd’hui“, jubile-t-elle. La présidente du Cpp qui indique que “nous allons continuer, comme nous l’avons toujours fait, dans l’exercice de nos fonctions de dirigeants du Cpp“, y voit un pas de plus vers la Transition politique qu’elle appelle depuis deux ans: “pas à pas, nous nous dirigeons vers la transition politique. Même un tribunal du régime Biya a reconnu notre légitimité aujourd’hui“, salue-t-elle.

De quoi arracher tant les applaudissements que la satire de ses partisans contre Paul Atanga Nji, le Minat qui avait désigné le 17 juillet 2018, des leaders à la tête de certains partis politiques au motifs de dissensions internes: Samuel Tita Fon au Cpp au détriment de Kah Walla, Robert Bapoh Lipot comme secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (Upc) alors que le Congrès unitaire d’octobre 2017 avait désigné Baleguel Nkot et Anicet Ekane à la tête du Comité de direction du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), au lieu de Dieudonné Yebga.

Si les deux derniers partis vivaient des crises de leadership internes, le Cpp ne souffrait d’aucun problème de légalité, ni de légitimité. Kah Wallah qui a régulièrement mobilisé les militants de son parti pour célébrer la fête nationale de l’unité en dénonçant les problèmes de management et les tares de la démocratie, était un facteur perturbateur pour la quiétude du pouvoir de Yaoundé à cette veille de la présidentielle 2018 qui continue de secouer la vie publique au Cameroun.

Sur le même sujet:

Atanga Nji nomme des leaders à la tête de partis d’opposition

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.