Covid-19 : Alim Hayatou recadre les populations du Noun

0
147

Face à la montée en puissance de l’incivisme dans ce département, le secrétaire d’Etat à la Santé publique a effectué une descente sur le terrain jeudi dernier.

En l’espace de quelques semaines, le département du Noun est devenu le nouveau foyer de la pandémie de coronavirus dans la région de l’ouest. Une situation due à la montée en puissance de l’incivisme des populations qui se caractérisent notamment par la négligence et le non respect des mesures barrières édictées par le gouvernement. Tenez, au 14 mai dernier, le département totalisait 51 cas positifs confirmés sur les 170 que comptait la région. Suffisant pour interpeller le secrétaire d’Etat à la Santé publique qui a effectué une visite à Foumban jeudi dernier. Une démarche qui a permis à Alim Hayatou de recadrer les populations qu’il appelle à plus de responsabilité. 

Dans son discours de circonstance, le chargé de lutte contre les pandémies et les épidémies au ministère de la Santé publique a en effet invité les habitants de ce département à une prise de conscience immédiate. Face à l’ampleur de la situation qui en plus de coûter des vies aux Camerounais, impacte négativement sur l’économie et notamment le panier de la ménagère, Alim Hayatou conseille aux populations du Noun de se « ressaisir » et se « priver » de certaines activités. Notamment la Doua, la Sadaka, les mariages et autres évènements pouvant réunir plus de 50 personnes. Le secrétaire d’Etat à la Santé publique a également rappelé l’intérêt du respect des mesures barrières contre le Covid-19. « Si l’Organisation Mondiale de la Santé a prescrit des mesures pour se protéger, si le gouvernement camerounais a répercuté les hautes instructions du président de la République, ces directives en matière de santé publique doivent être respectées par tous. Ce n’est pas de gaieté de cœur, par amusement ou par une espèce de magnanimité quelconque », dixit Alim Hayatou. Et d’ajouter : « Je voudrai demander aux chefs traditionnels, aux responsables religieux, bref à toute la famille Bamoun de façon globale que le respect de ces restrictions sanitaires est nécessaire et indispensable ; indescriptible et non négociable ». En souhaitons que la propagation du Covid-19 régresse dans le Noun, le secrétaire d’Etat à la Santé publique a invité les populations à s’en remettre au gouverneur de la région de l’Ouest, pour toutes sortes d’initiatives. Occasion pour Augustine Awa Fonka de porter la voix des personnels de santé de la région devant Alim Hayatou.

Le plaidoyer du gouverneur

« J’aimerai que justice soit faite. Le personnel [de santé] de Yaoundé et de Douala a été motivés mai on a oublié ceux de Bafoussam », a lâché le gouverneur. Le patron de la région de l’Ouest rappelle que les personnels de sa zone de commandement consentissent autant de sacrifice que les autres au prix de leur santé. « Le personnel médical est au front. Ils sont en contact avec les malades au quotidien. Leur travail aujourd’hui est devenu très dangereux. Nous avons vu le cas du personnel du centre de santé de Lafe Baleng où presque tout le personnel a été infecté parce qu’ils étaient en train de gérer les cas de maladie dans ce centre. Le gouverneur a  exhorté le ministre [de la Santé] de rétablir cette justice pour des gens qui ne demandent qu’à être motivés pour leur besogne », déclare Augustine Awa Fonka. Mais encore : « Les personnels de santé n’ont pas grevé ; ils sont en train de s’occuper des malades et voilà qu’on les a presque oubliés. Donc je vous invite à rentrer chercher leur argent et le leur envoyer ».  Le gouverneur n’a pas non plus caché sa préoccupation pour ce qui est des moyens destinés à la prise en charge des  malades. « Jusqu’à maintenant, les moyens qui ont été envoyés pour s’occuper des cas positifs et des malades sont finis. Les malades et tous ceux qui ont été confinés à Kouekong ont besoin de nourriture. On les nourrit là-bas mais il n’y a plus de moyen. S’il vous plaît il faut envoyer les moyens pour qu’on puisse s’occuper de ces malades », a-t-il confié à son visiteur.

Il faut rappeler que jusqu’à ce jeudi dernier, les villes touchées dans ce département sont Foumban, Foumbot et Bangourain.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here