Le Conseil d’administration de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (Cnps) a autorisé le 27 mars dernier, le directeur général, Olivier Mekulu Mvondo, de signer avec des formations hospitalières, des conventions pour la prise en charge de 50 % des soins médicaux des pensionnés, de bénéficiaires d’allocations de vieillesse et de rentes d’accident de travail. Cette mesure qui jusqu’ici concernait uniquement les pensionnés des formations hospitalières de l’entreprise s’étend désormais à l’ensemble des pensionnés inscrit dans leur fichier. Bien que la Cnps n’a pas encore déterminé les prestations concernées par cette décision, les responsables indiquent qu’il pourrait s’agir en un premier temps des frais de consultation, d’hospitalisation, d’examens et de soins divers. Le directeur général rassure à cet effet qu’une procédure de contrôle sera mise en place après la signature des conventions avec les hôpitaux pour qu’il n’y ait pas d’abus. A en croire la Cnps, ce clin d’oeil en faveur des pensionnés s’inscrit dans « une logique de contribution à la mise en place progressive et maîtrisée d’une couverture santé universelle ». Pour Olivier Mekulu Mvondo, il s’agit d’une forme d´expérimentation qui peut aider à la généralisation de la Couverture santé universelle. L’entreprise souligne par ailleurs que cette mesure a été approuvée grâce au « parfait état financier de la Cnps ». D’ailleurs, les chiffres indiquent qu’en 2018 l’organisme en charge de la sécurité sociale a réalisé un résultat positif net de 62,3 milliards de francs CFA contre 54, 3 milliards en 2017 et 43,7 milliards en 2016.

Notons que la Cnps a engagé depuis 2016 une batterie de reformes visant à améliorer les conditions de vie des Camerounais. Il s’agit notamment de l’augmentation du montant des allocations familiales de 1800 à 2800 francs CFA par mois et par enfant, le relèvement du taux des cotisations sociales de 7 à 8,4 % et le relèvement du plafond des cotisations de 300 000 à 750 000 francs CFA. Et ce n’est pas tout. Le directeur général ambitionne encore de procéder au relèvement des pensions anciennes afin de permettre aux anciens pensionnés dont le niveau des pensions est jugé faible faire face au coût élevé de la vie. Selon les sources de l’entreprise, bien qu’en examen, cette reforme a d’ores et déjà rencontré l’assentiment du gouvernement.

Par Ghislaine Ngancha
Source Défis actuels

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here