Coupe du monde U17 : Le Cameroun entre polémiques et challenge sportif

La compétition a démarré ce week-end et les Lionceaux ont mordu la poussière d'entrée de jeu ce lundi.

0
606
Le portier camerounais perdu après le but. Ph Fifa.com

La 18ème édition de la Coupe du monde de la Fifa U17 a démarré samedi dernier en terre brésilienne. La succession de l’Angleterre s’est ouverte par un Nigeria-Hongrie (4-2). En lever de rideau du match d’ouverture entre le Brésil, pays organisateur, et le Canada (4-1). Les Lionceaux, eux, sont rentrés en scène ce mardi face au Tajikistan, à minuit (20h à Vitoria), sur une défaite (1-0). La première africaine, car l’Angola a battu la Nouvelle Zélande (2-1), et le Sénégal a neutralisé les Etats-Unis (1-4). Le second match du Cameroun se jouera à la même première heure du 1er novembre face à l’Argentine. Et bouclera le premier tour face à l’Espagne deux jours plus tard, à 21h, cette fois-ci à Brasilia. Deux adversaires de taille pour une nation qui peine à rentrer dans ce tournoi. Sa dernière participation remontant d’ailleurs à 2003.

Difficile donc de parier sur les Lions indomptables cadets, tant leur préparation a été des plus tumultueuses. Alors que le ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep) faisait signer des contrats aux entraîneurs nationaux de football, ceux des équipes U17 et U23 ont été ignorés. Eux qui préparaient pourtant des Coupes du monde et dont les dirigeants pourraient ainsi augmenter leur capitale confiance en engageant leurs compétitions respectives. Et pour ne rien arranger chez les cadets, des questions d’ordre administratif se sont invitées à une préparation qui gagnait déjà en intensité. D’abord l’éternelle question des primes. Des sources proches de la tanière, Thomas Libih qui était déjà sur un siège éjectable au lendemain de la Coupe d’Afrique des nations, qu’il a pourtant remportée, aurait joué de sa forte personnalité pour renvoyer la question à plus tard. Surpris que cette question soit discutée pendant le dernier stage, et avec des joueurs en deçà de la majorité. D’autre part une polémique sur la sélection de joueurs de la diaspora que ses supérieures lui ont fait convoquer lors du dernier stage. Alors que les textes de la Fédération internationale de football association (Fifa) ne l’interdisent pas, un décret du président de la République restreint la tanière des sélections U17 et U15 aux joueurs évoluant dans des championnats organisés par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Face à l’embarras, le sélectionneur national intérimaire s’en est référé à sa hiérarchie. Avant de trancher en respect des lois nationales, alors que la question reste en étude dans les Services du Premier ministre et à la présidence de la République. Au moment où les poulains de Thomas Libih s’apprêtaient à se lancer dans l’arène, des sources concordantes parlaient de Lionceaux affamés et déterminés à marquer l’histoire.

Le dernier sésame qu’il manque à l’Argentine

Dans cette compétition, si le Cameroun manque dans les sphères supérieures, le pays des Lions indomptables a laissé des traces en 2003 dans un match qui s’était presque plié en leur défaveur face au Portugal. Après avoir été menés 5-0 au stade Ratina de Tampere, le Cameroun a retourné la situation en 24 minutes. Stéphane Mbia, Landry Nguémo et les autres ont rétabli l’équilibre. Mais avec trois points en trois matchs, la route du second tour était barrée pour le Cameroun.

C’est une compétition qui promet d’être relevée. Pays organisateur, le Brésil court après le 4èe sacre dans ce tournoi. Avec des concurrents de poids. Notamment le Nigeria, super favori qui, malgré ses cinq titres remportés en huit finales, tiennent à prendre leur revanche après avoir manqué la dernière édition. Les Pays bas, eux, ont à cœur de faire mieux que la 3ème place de 2005. Quid de l’Argentine qui court après ce seul titre qu’il manque dans l’armoire à trophées de l’Albiceleste. Un exploit réalisé par l’Angleterre en Inde en 2017.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here