ça commence par le doute. (c) photo Fécafoot

Après l’Afrique du Sud et le Nigeria humiliée par la Norvège qui ont trébuché à leurs premières sorties, respectivement face à l’Espagne (3-1) et la Norvège (3-0), le Cameroun reste le seul espoir de l’Afrique pour faire un résultat positif d’entrée. Mais Les Lionnes indomptables qui descendent dans l’arène de la Mosson de Montpellier, sont peut-être mentalement fortes, mais certains éléments peuvent subir le coup de la disparition de Ghislaine Bébom, une ancienne internationale qui était très proche de certaines joueuses cadres. Celle qui était un soutien inconditionnelle de la sélection nationale a quitté la scène dimanche, des suites de maladie.

A cela, il faut ajouter le poids de l’âge qui peut affaiblir l’argument de l’expérience dont se prévaut Alain Djeumfa, le sélectionneur national. La moyenne d’âge de la sélection se situe autour de 28 ans, étant l’une des plus élevées. Et pourtant, les avis des experts avant le début du tournoi, sur la vivacité et la grande vitesse de jeu de ce Mondial, sont en train d’être confirmées. Or les éléments les plus jeunes et les plus vifs du Cameroun ne sont pas toujours les cadres incontournables. En dehors d’Aboudi Onguene, Nchout Ajara et Raïssa Feudjio.

Et comment gérer le forfait de Michaëla Abam, qui souffre de douleurs aux adducteurs ? L’attaquante de Paris Fc ne sera pas de la partie ce soir. Celle qui a inscrit quatre buts en deux matchs amicaux (un contre Levante et un triplé face au club de Murcie), avait pourtant bien entamé le stage en Espagne avec le groupe ; et s’est même entraîné hier dimanche. Après avoir assisté impuissante à la défaite du Cameroun en finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2018, la joueuse jadis américaine sur le plan sportif, a réussi à se bousculer la hiérarchie pour se positionner comme la meilleure solution à la pointe de l’attaque des Lionnes indomptables. Au moment où Ngono Mani entame sa sortie de la tanière. En son temps, Joseph Ndoko, l’ancien entraîneur de la sélection, voyait déjà en Abam une joueuse de confiance. Une fois sa situation administrative réglée, l’attaquante de Paris Fc a conquis les cœurs et s’apprêtait à offrir aux fans des Lionnes indomptables le meilleur d’elle. Elle pourra être sur pied lors de la seconde rencontre du Cameroun face à la Nouvelle Zélande vendredi prochain.

Né en 1997 à Houston aux Etats-Unis d’Amérique, Michaëla Abam a trouvé son salut dans le club de l’Université de Virginie occidentale entre 2014 et 2017. En ces trois saisons, l’attaquante a signé 42 buts et 19 passes décisives en 95 matchs. Suffisant pour que la jeune fille aspire aux championnats professionnels. Et ce sont les Sky blues qui l’accueillent. Mais elle y fera long feu : à peine quatre matchs. Michaëla s’envole pour la France en 2018, où elle rejoint Paris Fc. Elle semble plutôt s’y sentir à l’aise.

En l’absence de Michaëla Abam, Alain Djeumfa devrait logiquement faire confiance à Michèle Ngono Mani dont la (ir)régularité lors des derniers stages à Yaoundé ne garantit pas un rendement de qualité. Mais l’avant-centre titulaire de ces dernières années voudra quitter la sélection par la grande porte; et pourra se transcender pour faire mieux qu’à Canada 2015. Eventuellement, Alexandra Takounda qui a forcé son entrée chez les A, est une possibilité de remplacement.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here