Commerce extérieur: le déficit commercial augmente de 437 milliards

Selon l’Institut national de la statistique (INS), cela s’explique par une hausse des importations de 20,8 % et une baisse des exportations de 16,8 % au premier semestre 2018.

0
1394
Le déficit commercial augmente de 437 milliards.

«Le premier semestre 2018 enregistre un déficit de la balance commerciale de 818,1 milliards de FCFA, soit une augmentation de 437,7 milliards de F CFA (+115,1 %) par rapport au premier semestre 2017 ». Telle est le constat fait par l’Institut National de la Statistique dans son dernier rapport sur le commerce extérieur au Cameroun. Selon cette institution en charge de la gestion des statistiques, cette aggravation du déficit commercial résulte « d’une augmentation des importations de 20,8 % et d’une diminution des exportations de 16,8 % par rapport au premier semestre 2017 ». Selon les explications de l’INS, « les recettes d’exportation du Cameroun quant à elles se chiffrent à 794,6 milliards de francs CFA pour 2,5 millions de tonnes de marchandises, enregistrant ainsi des baisses de 16,8 % en valeur et 24,7 % en quantité par rapport au premier semestre de l’année précédente ». Par ailleurs, relève-ton dans le document, la baisse observée est due à un repli des ventes de certains principaux produits d’exportation. Notamment : « des huiles brutes de pétrole (-33,8 %) du cacao brut en fèves (-13,4 %), de la pâte de cacao (-89,4 %) , du beurre de cacao (-90,4 %), du café (-30,1 %) l’aluminium brut (-32,8 %), et du caoutchouc brut (-33,1 %) ». En ce qui concerne les dépenses d’importation du Cameroun, « leur valeur s’élève à 1612,7 milliards de francs CFA pour 4,2 millions de tonnes de marchandises, enregistrant ainsi des hausses de 20,8 % en valeur et 27,2 % en quantité par rapport au premier semestre 2017 ». Cette augmentation des dépenses d’importation résulte, souligne l’INS, de « la hausse des dépenses d’importation des huiles brutes de pétrole (829 %) du fait de la reprise des activités à la Société Nationale de Raffinerie (Sonara), des céréales (13 %) dont 19 % pour le riz, des poissons et crustacés (26 %), des produits pharmaceutiques (16 %), les carburants et lubrifiants (16 %) ».

Par Junior Matock (Défis Actuels)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here