Comité de normalisation : Les textes enfin adoptés

C’était au cours d’une assemblée générale extraordinaire de la Fécafoot ce 10 octobre à Mbankomo.

0
133
Accords sur l'essentiel

A la fédération camerounaise de football (Fécafoot), la page des textes fondateurs est désormais tournée. Au terme d’une journée d’intenses activités au centre d’Excellence de la Confédération africaine de football (Caf) sis à Mbankomo, les délégués à l’Assemblée générale extraordinaire ont adoptés l’ensemble des textes soumis à leur appréciation par le Comité de normalisation. Il s’agissait des projets de Statuts, de Code électoral, des statuts types des ligues décentralisées (régionales et départementales), des statuts types des Ligues décentralisées, du règlement financier et ses annexes (manuel des procédures et organigramme), de Code éthique et de Règlement de la Chambre de résolution des litiges. Soit en tout neuf textes. Mais seuls les statuts ont vraiment suscité moult discussions de la part des 60 délégués (dont quatre représentés par procuration). Après d’intenses débats ponctués de modifications, les délégués ont adopté les statuts, avant de survoler les autres textes.

« C’était très houleux, les débats étaient très houleux et le Comité de normalisation a donné l’occasion à chacun de s’exprimer et chacun a donné son point de vue ; cela a accouché les textes qui sont la volonté de la majorité, parce que huit étaient opposé à l’adoption des textes, mais il fallait une majorité de deux tiers », se satisfait Calvin Mitna Téhéron. Et ce n’est pas le représentant de la fédération internationale de football association (Fifa) qui ramerait à contre-courant. « L’essentiel a été fait, en ce qui me concerne ; la Fifa m’a mandaté pour m’assurer qu’il y ait adoption des statuts et du code électoral, particulièrement, dans les conditions réglementaires et statutaires ; c’est ce qui a été fait », corrobore le colonel Djibrilla Hamidou, président de la Fédération nigérienne de football, représentant de la Fifa.

La Fifa à la rescousse

Caf et Fifa, gendarmes conseils

Mais ce ne fut pas une partie de plaisir. Prévus pour démarrer à 10h, les travaux se sont ouverts finalement peu après midi, dans une ambiance de mouchardage de la part de délégués qui dénonçaient le fait de n’avoir reçu les documents de travail que la veille. Avant d’être recadrés par le Comité de normalisation qui leur a rappelé que les textes ont été mis à la disposition des délégués depuis juin 2017, et n’ont reçu que quelques modifications, à la suite de la promulgation de la nouvelle loi organisant les activités physiques et sportives au Cameroun, en juillet 2018. Après avoir tergiversé entre un blocus et une modification des textes à eux soumis, les délégués ont fini par opter pour le second choix. « J’ai dû m’adresser moi-même aux délégués et à l’assistance pour leur dire comme l’a souligné le président du comité de normalisation, qu’il faudrait qu’on arrête de donner cette image de l’Afrique », témoigne l’émissaire de la Fifa. « Je fais partie de la commission des associations nationales à la Fifa : nous avons souvent honte car quand on a vingt cas, 15 viennent de l’Afrique et les cinq autres du reste du monde ; ce n’est pas une bonne image de l’Afrique», explique-t-il. A sa suite, Me Dieudonné Happi, le président du Comité de normalisation de la Fécafoot, a appelé les délégués à leurs responsabilités : «beaucoup ont tendance à soutenir qu’en cas d’échec c’est le comité de normalisation qui aura échoué. Faux et archi faux car il s’agit d’une œuvre collective de tous les acteurs du football camerounais », a-t-il sensibilisé. « La responsabilité est commune et partagée. Les querelles intestines, les croc-en-jambe, les tacles irréguliers, la tricherie, l’imagination fertile négative doivent être abandonnés au profit du fair-play et de la recherche d’une victoire commune et méritée », a-t-il plaidé.

Place au processus électoral

Le message est passé. Et les délégués se sont contentés de l’essentiel. Les textes sont adoptés. Un pas est fait. Ouvrant ainsi la voie au déroulement du calendrier électoral. Et en se séparant à Mbankomo, les délégués s’estiment heureux d’avoir accompli leur part du devoir dans ce processus de normalisation de la Fécafoot. « En tant que véritable acteur du football camerounais, et en tant qu’acteur de la crise de la Fécafoot, vous pouvez lire sur mon visage que je suis effectivement content parce que c’est le plus grand début de sortie », se réjouit Calvin Mitna que l’on a beaucoup vu sur le terrain de la contestation depuis le déclenchement de la crise en 2013. La Normalisation prévoit les élections fédérales pour le 6 décembre 2018, et la passation du pouvoir le 16 décembre 2018, date de la fin de la transition. Entre temps, elle les aura organisées aux niveaux des Ligues départementales et régionales.

Outre l’émissaire de la Fifa, la Caf avait trois représentants aux travaux d’Okoa Maria : Essadi Alaoui, secrétaire général adjoint de l’instance, Abdullah Mustafa, chief compliance officer qui s’occupe aux problèmes de conformité de la Caf, et Abdel Razik.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here