23 juin 2017-23 juin 2018, un an que la Fédération internationale de football association (Fifa) a décidé d’installer un nouveau Comité de normalisation à la tête de la.

Le mandat du Comité de normalisation s’achève le 31 août 2018. Et sauf miracle, il n’y aura pas d’exécutif élu à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Pour les pourfendeurs de l’exécutif actuel de la Fécafoot, il ne s’agit pas moins qu’un « échec ». La mission principale n’ayant pas été remplie. « Le bilan est nul. Ils sont venus refaire les textes, aucun texte n’a été adopté, organiser des élections, les élections n’ont pas eu lieu ; ils sont venus faire jouer le championnat dans les ligues décentralisées, ça n’a pas été ça », fait observer le Pr Nkou Mvondo, président de Ngaoundéré Fc. Alors «on n’a pas besoin d’être un devin pour voir que le résultat est nul ». Là où Serges Mbappe, écrivain de sport adoucit en estimant que sur le plan de la gestion des affaires courantes, « quelque chose a bougé : il y a eu assainissement des finances et du fichier du personnel. Il a chassé (Sic) les employés recrutés par l’exécutif de l’imposture ». Sur la chaîne de télévision Canal 2 international. En regrettant que Dieudonné Happi ait « gardé certains qui sont d’ailleurs à l’origine de son échec», déclare-t-il. Pour Nkou Mvondo, « le rôle d’une fédération n’est pas la gestion des affaires courantes. En réalité, on a demandé à ces gens qui connaissent le droit d’appliquer une décision de justice, et ils la contournent ».

Me Happi n’a pas cru devoir réagir aux sollicitations du reporter. Mais Parfait Siki, le chef du département communication de la Fécafoot, estime que « le travail n’est pas achevé et ce n’est pas la faute au Comité de normalisation ». Pour le patron de la communication de la Fécafoot, « d’après le calendrier, le mandat du Comité de normalisation devait être achevé, mais le 20 juin, la Fifa a interrompu le processus électoral, et de façon opportune car il y avait l’imminence de la modification de la loi de 2011 », exigence préalable de l’instance faîtière du football mondial. La loi a été modifiée en juin par l’Assemblée nationale et promulguée le 11 juillet 2018. Puis plus rien. «La Fécafoot devrait en prendre acte et poursuivre son chronogramme ; sauf qu’elle n’avait pas encore reçu la validation des nouveaux textes par la Fifa. Et c’est la Fifa qui a interrompu le processus ; parallélisme de forme, la Fécafoot doit s’en tenir à la Fifa pour le nouveau calendrier », justifie Parfait Siki. Ici, on ne se hasarde pas beaucoup sur le terrain du bilan.

En installant Me Happi, Me Ambomo, Samuel Bellet Edimo, Dr Abdou Oumarou et Njomo Kevin le 8 septembre 2017, la Fifa leur avait assigné trois missions principales : réécrire les textes de la Fécafoot en respect des lois du Cameroun, et en conformité avec les standards de la Fifa, organiser les élections au sein de la Fécafoot et gérer les affaires courantes. Le travail n’étant pas encore fini.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here