Cession de la Bicec : Motaze soucieux des conditions de travail des employés

C’était l’un des points de l’audience accordée le 18 juillet dernier par louis Paul Motaze à Boris Joseph, directeur général du groupe BPCE, maison mère de la banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le Crédit.

0
942
Le ministre des Finances Louis Paul Motaze en compagnie patron de la BPCE

Ce qui est désormais connu sous le nom de « l’affaire Bicec », préoccupe l’Etat du Cameroun, en sa qualité d’autorité monétaire et actionnaire privilégié de la Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et le Crédit (Bicec). C’est dans cette perspective qu’il faut situer l’audience accordée le 18 juillet dernier à Yaoundé par le ministre des Finances(Minfi), Louis Paul Motaze, à Boris Joseph, directeur général du groupe Banque Populaire et à la Caisse d’Epargne Française (Bpce), maison mère de la Bicec. Louis Paul Motaze a tenu à s’enquérir du « bon déroulement de ce processus de transition marquée par la cession des parts du groupe Bpce (68 %) au groupe marocain Banque Centrale Populaire (BCP) ». Ainsi, au sortir de l’audience accordée à Boris Joseph, l’on a appris que l’Etat, à travers le Minfi, « tient à s’assurer qu’au terme de cette transition, la Bicec reste et demeure un fleuron de l’industrie bancaire et un maillon essentiel du financement de l’économie camerounaise ». Bien plus, il était question pour le Minfi, de « s’entendre avec les parties prenantes sur les conditions de stabilité du personnel de la banque, mais également sur l’épanouissement dans leur travail de l’ensemble des collaborateurs de cette banque ».

Au terme de cette audience, Boris Joseph a déclaré qu’au niveau« technique et administratif, tout se passe bien, avec l’aide des autorités camerounaises et régionales, nous pensons que les choses vont aboutir dans de bonnes conditions ». Il convient de souligner que les responsables de la Bicec, a-t-on appris de source proche du dossier, ne sont pas à leur première rencontre avec le Minfi. Ils s’étaient déjà rendus le 23 novembre 2018 chez le Minfi, à l’effet de «lui présenter l’évolution du dossier Bicec ». Bien avant, l’équipe conduite par Philippe Wattecamps, directeur général de la Bicec depuis le 3 septembre 2018 et une équipe de la Bpce, avaient séjournées à Libreville au Gabon, siège de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale, pour présenter l’état d’avancement de ce dossier, ainsi que celui de la BCI.
Selon des sources internes, ces autorités de régulation se seraient montrées satisfaites de la démarche entreprise par la Bpce qui est conforme aux règles et procédures régionales en matière bancaire. D’après d’autres sources crédibles, ce processus de cession des actifs du groupe Bpce est piloté par le Conseil Rotschild, première banque en France en matière de fusion- acquisition.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here