C’est la « grosse surprise » du réaménagement du 4 janvier dernier Célestine Ketcha Courtes fait ainsi son entrée dans le gouvernement comme ministre de l’Habitat et du Développement urbain en remplacement de Jean Claude Mbwentchou. Née le 13 octobre 1964 à Maroua dans l’Extrême-Nord, la Maire de Bagangté, poste qu’elle occupait jusqu’à sa nomination, est rentrée dans les bonnes grâces du chef de l’Etat. Titulaire d’un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en techniques et d’un diplôme d’études supérieures de commerce et d’économie, elle intègre les Cimenteries du Cameroun en tant que cadre commerciale et marketing. Cette magnat d’affaires, va par la suite quitter l’entreprise pour s’adonner aux affaires et à la politique. D’ailleurs, son dynamisme lui a valu le poste de directrice de Queen Fish Cameroon, une entreprise spécialisée dans la distribution des poissons surgelés et en conserve ainsi que des fruits, légumes et alcools, présidente de l’Ofrdpc, présidente nationale du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique du Cameroun (Refela-Cam) et présidente départementale des Communes et Villes Unies du Cameroun (Cvuc – NDE). Surnommée « Madame Propre » pour avoir fait plusieurs fois de Bangangté la ville la plus propre, la nouvelle ministre de l’Habitat et du Développement a pour missions d’urbaniser, d’embellir nos villes en mettant en oeuvre le plan d’urbanisation et parachever les chantiers d’aménagement des voiries et autres. Elle devra surtout « mettre en valeur une politique d’habitat social digne de ce nom ». Comme l’avait précisé le président de la République Paul Biya dans sa profession de foi. Pour cela, Celestine Ketcha Courtes devra poursuivre le projet de construction des 10 000 logements sociaux.

Source: Défis actuels

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here