Can 2019 : Pourquoi le TAS valide le ticket du Cameroun

Malgré divers appels de la Fédération de football des Comores, le Tribunal arbitral du Sport (TaS) a finalement opposé une fin de non-recevoir à sa demande d'exclusion des Lions indomptables de la prochaine Coupe d'Afrique des nations.

0
525

Fin de suspens ! Le Cameroun peut enfin respirer. Le pays tenant du titre de champion d’Afrique ira bel et bien défendre son trophée en Egypte, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football qui débute le 21 juin prochain. Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a en effet tranché en faveur des Camerounais. Saisie par la Fédération de football des Comores (FFC) qui espérait disputer la CAN à la place de la nation vert-rouge-jaune, la plus haute instance juridictionnelle des sports a jugé « irrecevables » ses deux appels.

Battus à Yaoundé (3-0) lors de la dernière journée des éliminatoires de cette CAN égyptienne, la première de l’histoire à 24 nations, les Comores avaient en effet saisi le TAS afin d’être réintégrés dans la compétition. Les Comoriens estimaient que la Confédération Africaine de Football (CAF) n’avait pas appliqué son règlement en ne sanctionnant pas le Cameroun, organisateur initial de cette CAN 2019. Sauf que, selon l’instance faîtière du football africain, il ne s’agissait pas d’un retrait de l’organisation de la CAN au Cameroun, mais plutôt d’un report.

Fin du rêve pour les Comores

Le TAS a en effet déclaré les appels des Comores irrecevables sur la forme. Sans aller au fond. Car, étant donné que la CAF n’a jamais notifié le Cameroun d’un retrait de l’organisation de la CAN. Conséquence, il est impossible d’appliquer l’article 92.3 du règlement de la compétition qui prévoit qu’en cas de désistement ou de retrait de l’organisation de la CAN moins d’un an avant, le pays concerné est astreint à une amende de 500 000 dollars US (plus de 290 millions de francs CFA) et une suspension pour la prochaine édition. Autrement dit, en admettant que le Cameroun pouvait être suspendu, il ne peut l’être pour l’édition concernée, à savoir 2019.

Pour statuer sur les deux appels de la Fédération de football des Comores, le TAS a constitué un collège de trois arbitres. La Formation arbitrale du TAS a conclu à l’irrecevabilité des appels après s’être référée à la jurisprudence constante du TAS selon laquelle toute demande en justice doit être basée sur un intérêt digne de protection. Or les juges arbitraux estiment en effet que « même en cas de disqualification de l’équipe nationale du Cameroun, une telle disqualification n’aurait aucune incidence sur le classement de l’équipe des Comores dans son groupe de qualification pour la CAN 2019 » et « il lui est ainsi mathématiquement impossible de se qualifier pour cette compétition ». D’autre part, la formation arbitrale conclut également que la Fédération football des Comores ne dispose d’aucun intérêt légal suffisant à demander que la Fédération camerounaise de football soit suspendue par la CAF.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here