CAN 2019 : le TAS va-t-il disqualifier le Cameroun ?

Les Comores ont pu réunir l’argent nécessaire pour démarrer la procédure. Et le tas a sommé la caf de lui présenter les documents de sa défense.

0
1241
Le sort du Cameroun dépend de Lausanne

Éliminés sur le terrain des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, les Comores ne désespèrent pas de jouer le tournoi final prévu du 21 juin au 19 juillet prochain en Egypte. La voie que la Fédération de Football des Comores (FFC) empruntée est celle des tribunaux. En effet, la procédure engagée au Tribunal Arbitral du Sport (TAS) au lendemain du retrait de l’organisation de la Can 2019 au Cameroun, a été relancée. La collecte de fonds lancée sur internet a trouvé un élan de coeur favorable. Et les 19 000 euros (un peu plus de 12 millions 200 mille franc CFA) nécessaires pour payer l’avance de frais exigés par la juridiction suprême sportive, ont été récoltés jeudi dernier. Et le TAS a alors sommé la Confédération Africaine de Football (CAF) sous vingtaine. Une formalité car à cette étape, la procédure peut s’ouvrir, selon les experts du droit du sport. Les Comores pouvant même se permettre le luxe de payer pour l’autre partie.

Au lendemain du match du 23 mars à Yaoundé, comptant pour la dernière journée des éliminatoires de la prochaine CAN, Ben Amir Saadi, le manager général des Coelacanthes avait prévenu par un tweet : « Hier à Yaoundé les Lions ont mérité leur victoire dans un match qui n’aurait jamais dû avoir lieu si le règlement avait été respecté. Ce résultat n’est donc pas définitif car le score peut encore s’inverser en faisant valoir notre droit au TAS ». En terminant 4ème du groupe B après la défaite (3- 0) face aux Lions indomptables, et donc derniers du fait d’une différence de buts en faveur du Malawi (5 pts), les Coelacanthes rêvent pourtant de supplanter le Cameroun. Alors qu’au Cameroun, on avance l’argument de cette position plutôt favorable au Malawi pour voir se désister les Comoriens, ceux-ci ont fait d’autres calculs. « Le Cameroun devrait perdre tous ses matchs, pas seulement le dernier », riposte Ben Amir Saadi, Manager Général de l’équipe nationale des Comores.

Précisions sur mes précédents propos relatifs au litige entre la CAF et la Fédération de Football des Comores…

Posted by Abdouraman Hamadou Babba on Wednesday, April 3, 2019

Ahmad Ahmad en défenseur du Cameroun

Les Comores ont saisi le TAS dès janvier dernier, pour demander la disqualification du Cameroun des éliminatoires de la CAN 2019, en constatant qu’après le retrait de son organisation au Cameroun, la CAF a maintenu le pays en course. Les Comores exigent l’application du règlement qui dans son article 92.3 du Règlement de la CAF prévoit une amende et une exclusion des deux prochaines éditions de CAN (dont celle qu’il organise) infligée au pays qui perd l’organisation de la CAN, au cas où la dite perte par démission ou retrait a lieu moins d’un an avant le coup d’envoi de ladite compétition. Or il s’avère que désormais, le pays organisateur joue les éliminatoires, sans que ses résultats influence sa participation au tournoi qu’il organise. Et le Comité exécutif de l’instance qui a modifié le cahier de charges en passant de 16 à 24 pays, a eu la main douce sur le Cameroun, au regard du « niveau d’investissements faits par le Cameroun », comme l’a laissé entendre Ahmad Ahmad, le président de la CAF. Concédant par ailleurs au pays de Samuel Eto’o l’organisation de l’édition 2021. Si les Comores concèdent l’attribution d’une autre édition au Cameroun, elles ne tolèrent pas le maintien du Cameroun pour 2019, qui pourrait être leur première participation à la CAN. Ahmad Ahmad qui s’est précipité d’évaluer le Cameroun avant le délai requis, et qui a garanti au président Paul Biya un glissement sur 2021, avant d’aller convaincre la Côte d’Ivoire et la Guinée Equatoriale de se projeter sur les deux autres éditions, se doit désormais de sauver le pays de son prédécesseur-ennemi.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here