Can 2019 : Ahmad veut sucer sa Can avec Paul Biya

Le président de la Caf a dénié sa volonté de retirer l’organisation au Cameroun.

0
532
Accords parfaits au Palais de l'Unité de Yaoundé

« La Caf n’a jamais réfléchi à un retrait de la Can au Cameroun ». Ahmad Ahmad est formel. Pour le président de la Confédération africaine de football (Caf), « la Caf n’a pas de plan B ». En tout cas, « c’est au Cameroun de nous dire ; ce n’est pas nous qui organisons. C’est le Cameroun qui accueille cette compétition. C’est le Cameroun qui pourra nous dire demain, on est prêt ; non on n’est pas prêt, donnez-vous du temps ». Comme il l’avait déjà indiqué à Malabo en août dernier en marge de la coupe de l’Uniffac.

En clair, le patron de la Caf n’a rien dit de nouveau qui ne soit connu à ce jour. Sauf que cette fois-ci, l’occasion est unique et spéciale. L’homme sort d’une audience avec le président de la République du Cameroun. A l’occasion d’une visite inopinée au Cameroun ce 02 octobre 2018, en compagnie de Samuel Eto’o, au lendemain de l’Assemblée générale de la Caf qui a vu le Comité exécutif de la Caf annoncer en des mots à peine voilés, son intention de retirer l’organisation de la Can 2019 au Cameroun. « En août, une commission technique de la Caf et une société d’audit ont passé plusieurs jours au Cameroun pour une visite d’inspection. La Caf n’effectuera aucune communication quant à la décision qui sera prise avant la présidentielle camerounaise du 7 octobre ». Se montrant plus tranchant lorsqu’il évoque un précédent : « Nous ne voulons pas perturber la campagne. En 2017, la Caf avait attendu la fin de la présidentielle au Kenya pour annoncer sa décision de lui retirer l’organisation du Championnat d’Afrique des nations [CHAN]», a-t-il déclaré au journal Le monde. Avant qu’une résolution du Comité exécutif tenu à Sharm El Sheickh en Egypte du 28 au 30 septembre dernier ne vienne évoquer une vidéo montrant le retard des chantiers d’infrastructures. Ce qui a eu pour effet de susciter l’indignation d’une nation rassurée après la dernière mission de la Caf en août. Anthony Baffoe et sa délégation s’étaient dits satisfaits de l’avancée des travaux.

Ahmad et Biya se remercient. (c) PRC

Sécurité

Mais cette fois-ci, Ahmad en rétropédalant, s’est attaqué à un aspect qui s’avère être le ventre mou du Cameroun : la sécurité. L’homme, en promettant de donner l’avis de la Caf après l’élection présidentielle camerounaise du 7 octobre, a annoncé une mission conjointe Caf-Fifa au Cameroun, pour évaluer l’environnement sécuritaire. Sachant qu’à peine sortant de la guerre contre la secte islamiste Boko Haram dans l’Extrême nord, est englué dans une crise aux relents de guerre civile dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Visiblement, Paul Biya lui-même a rassuré son visiteur sur ce dernier plan. La question des infrastructures étant presqu’entièrement réglée. D’autant plus que Grupo Piccini et Mota Engil qui construisent et réhabilitent les stades Paul Biya d’Olembe et Roumde Adjia de Garoua, prévoient de rendre leurs stades au 31 décembre 2018. Avant cela, Prime Potomac qui réhabilite les stades d’entraînement de Garoua, l’hôtel la Bénoué, ainsi que la construction de l’hôtel 100 chambres de la même ville, aura livré ses marchés qui sont actuellement en cours de finition.

Ci-dessous, des images de la cérémonie

Ahmad reçoit un cadeau de Paul Biya. (c) PRC
La reconnaissance de Paul Biya envers Eto’o
L’entrée d’Ahmad en salle. (c) PRC
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here