Campost : comment la Direction Générale a désamorcé la grève

Pierre Kaldadak s’est notamment engagé à satisfaire les revendications de son personnel.

0
1022

Pas de grève à la Campost jusqu’à nouvel ordre. Le préavis émis par le personnel de la Cameroon Postal Services le 23 avril dernier a été levé le lendemain, au terme d’une assise qui a réuni la Direction Générale de l’entreprise, le directeur des Affaires générales du ministère des Postes et Télécommunications, et les représentants du personnel de la Campost, dans les bureaux du délégué régional du Travail et de la Sécurité sociale du Centre à Yaoundé.

A l’issue de cette rencontre en effet, la Direction Générale, visiblement soucieuse d’instaurer un climat stable au sein de l’entreprise a consenti à prendre un certain nombre d’engagements allant dans le sens de répondre favorablement aux revendications de son personnel. Au rang de ces engagements, l’on annonce : le paiement des effets financiers d’avancement (2016, 2017 et 2018) dans les salaires d’avril 2019 ; le paiement de dix mois des arriérés des effets financiers d’avancement et de reclassement de 2018 au mois d’avril 2019 et dont 50 % du reste des effets financiers seront payés avant le 30 juin 2019 et le reste avant la fin de l’année ; le paiement de 50 % du solde de tout compte aux personnels admit à faire valoir leurs droits à la retraite, et les 50 % restants dans les six mois qui suivent. De plus, l’on annonce « la transmission du dossier relatif à la convention de crédit à moyen et long terme avec une banque commerciale, au Conseil d’Administration pour les modalités de consultation à domicile ».

Plan de restructuration

La Campost est pourtant soumise à un Plan de restructuration. Le coût des investissements à mobiliser pour le financement de ce document stratégique s’élève à 22,8 milliards des francs CFA. Le gouvernement, à travers notamment le ministère des Finances (Minfi) et celui des Postes et Télécommunications (Minpostel) s’est engagé à mettre à disposition la somme de 18,3 milliards, tandis que l’entreprise devra supporter le 4,4 milliards restants. « Les fonds mobilisés par l’Etat constituent des dotations à la Campost, afin de lui permettre de réaliser ses missions », expliquait le Minpostel, Minette Libom Li Likeng.

Concrètement, le Contrat-Plan signé entre l’Etat et l’opérateur national du service postal devra permettre à terme à cette entreprise : d’augmenter ses ressources propres ; d’améliorer la qualité des produits et services ; d’accroître sa notoriété au double plan national et international ; de rationaliser les effectifs du personnel et maitriser la masse salariale. Il devra également permettre : d’augmenter des parts de marché et accroître le chiffre d’affaires de l’entreprise ; d’améliorer et d’assainir sa situation financière ; de contribuer à la création d’emplois et d’améliorer la participation du secteur postal à la croissance économique et au développement du pays.

Jean Luc Fassi

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here