Cameroun-Tchad: 223 milliards pour booster l’interconnexion électrique

Ces ressources viennent d’être débloquées par la Banque Mondiale lors du Conseil d’administration du 16 juin dernier.

0
202
223 milliards pour booster l’interconnexion électrique

La Banque Mondiale est plus que jamais résolue à booster l’interconnexion électrique entre le Cameroun et le Tchad. Au cours du Conseil d’administration qui s’est tenu le 16 juin dernier, l’institution de Bretton Woods a approuvé un financement de 385 millions de dollars, soit plus de 223 milliards de francs CFA en faveur de la promotion de l’interconnexion électrique régionale et du renforcement de l’approvisionnement en énergie électrique du Cameroun et du Tchad. D’après le communiqué rendu public par l’institution, le projet d’interconnexion électrique entre le Cameroun et le Tchad vise à relier les réseaux électriques du Sud et du Nord du Cameroun, permettre les échanges d’électricité entre le Cameroun et le Tchad et accroître l’accès à l’électricité à N’Djaména, la capitale du Tchad. Qu’est-ce-qui explique cet intérêt de la Banque Mondiale pour ce projet ? Le communiqué publié par cette institution est clair sur le sujet : « les services d’approvisionnement en énergie du Tchad comptent parmi les moins développés du monde, tandis que le Cameroun souffre toujours de fortes disparités à cet égard entre les régions du Sud et du Nord ». Aussi ajoute la Banque Mondiale, « le manque d’accès à l’électricité et de fiabilité de l’alimentation, ainsi que le coût élevé de l’approvisionnement ont de multiples répercussions sur la diversification et la croissance économique des deux pays. Les collectivités ont du mal à faire fonctionner les entreprises et à générer des revenus, ce qui entrave les efforts déployés pour réduire la pauvreté. De plus, l’accès inégal à l’énergie électrique empêche les deux pays de réaliser pleinement le potentiel associé à leur capital humain, et les rend plus vulnérables aux changements climatiques, aux catastrophes naturelles et aux pandémies ». Deborah Wetzel, directrice de l’Intégration Régionale pour l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Banque Mondiale a expliqué que « le renforcement de l’interconnexion électrique régionale est particulièrement important pour la croissance, la création d’emplois et la transformation économique », et que « le nouveau projet va démontrer clairement les avantages économiques de l’intégration régionale, mais il jouera aussi un rôle crucial dans l’amélioration de l’accès à l’électricité pour des populations qui comptent parmi les plus pauvres du continent, contribuant ainsi à réduire les inégalités ». Bien plus, lit-on dans le communiqué, le projet permettra la mise en place du premier réseau de transport d’énergie électrique régional d’Afrique centrale. Ses retombées se feront sentir bien au-delà des frontières du Cameroun et du Tchad puisqu’il constituera un modèle et une source d’encouragement pour d’autres pays qui pourraient tirer profit du commerce de l’électricité, et conduira à terme à l’établissement d’un consensus en faveur de l’intégration régionale des réseaux d’énergie électrique.

Par Junior Matock (Défis Actuels 489)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.