Cameroun-FMI: Pourquoi le FMI décaisse 45 milliards

Cet appui budgétaire vient récompenser les réformes de consolidation budgétaire mises en œuvre par le Cameroun, et renforcer la crédibilité du pays auprès des Partenaires techniques et financiers.

0
421
Sangmelima : Louis Paul Motaze appelle à la paix

C’est désormais acté. Le 17 juillet dernier, le Conseil d’administration du Fonds Monétaire International (FMI) a achevé la quatrième revue, au titre du Programme Economique et Financier, appuyé par la Facilité Elargie de Crédit (FEC) signé en juin 2017. Ce qui permet au Cameroun de bénéficier d’un appui budgétaire de 45 milliards de francs CFA. Avec ceci de singulier qu’il déclenche de fait, une série d’autres décaissements qui vont permettre au Cameroun d’obtenir 329 milliards au cours de cette année 2019, selon des données consignées dans la loi de finances de l’exercice en cours. Ainsi, au terme de ce programme qui s’achève en décembre 2019, le Cameroun aura bénéficié d’une enveloppe totale de plus de 1300 milliards de la part de ses Partenaires Techniques et Financiers. A la tête desquels se trouvent le FMI, la Banque Mondiale, le Banque Africaine de Développement (BAD), l’Agence Française de Développement, l’Union Européenne, etc.
Réformes
Pour autant, le déblocage de ces appuis budgétaires ne fut pas sans une contrepartie. Ils ont été obtenus à la suite d’une série de réformes de consolidation
budgétaires mises en œuvre par le Cameroun depuis l’année 2017. Il était question de : « consolider la stabilité du cadre macroéconomique, renforcer la compétitivité de l’économie, améliorer les services sociaux et élargir la protection sociale afin de réduire la vulnérabilité des populations fragiles ». Ainsi, pour respecter ses engagements vis-à-vis du FMI et garantir un succès éclatant à ce programme, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze a, de tout temps, prêché la discipline budgétaire, en invitant les uns et les autres à se limiter strictement aux dépenses nécessaires, d’après certains experts. Dans cette perspective, l’opération de Comptage Physique des Personnels de l’État (Coppe) 2018 a été mise sur pied. Les retombées de cette initiative ont permis à l’Etat d’économiser environ 30 milliards de francs CFA. Dans le registre de la mobilisation des recettes, le Minfi a veillé sur la publication de la circulaire conditionnant le dédouanement des marchandises à l’existence des contribuables professionnels dans le fichier actif de la Direction Générale des Impôts (DGI). En matière de gestion des finances publiques, l’Etat a veillé à la transposition des directives de la Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac) dans la législation nationale ainsi qu’à la préparation d’un plan de décaissement des Soldes Engagés Non Décaissés (Sends). En ce qui concerne le secteur financier, le gouvernement s’est attelé à la formation des juges à la résolution des conflits bancaires, entre autres. De l’avis de nombreux experts, toutes ces réformes ont permis d’accroître la crédibilité du Cameroun auprès du FMI et des autres Partenaires Techniques et Financiers.
Polémique
Le « glissement » de la date de la tenue du Conseil d’administration au sujet du décaissement des 45 milliards en juin dernier, a fait naître chez certains observateurs, l’inquiétude quant à la réussite de cette quatrième revue. Mais du côté du Minfi, des responsables avaient tôt fait de stopper cette rumeur, en arguant qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un léger retard. Et que ce problème serait réglé lors du prochain conseil, à savoir celui du 17 juillet dernier. Ce qui est désormais fait.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here