Bourse de Douala/Bvmac : bientôt la fusion des actifs

Les deux institutions ont convenu de procéder à la fusion par voie d’absorption, de la bourse du Cameroun par la bourse des valeurs mobilières de l’Afrique Centrale. Cependant, le projet sera soumis à l’approbation des assemblées générales extraordinaires des actionnaires des deux entités.

0
670

La mise en place du marché financier unique de la zone de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) prend progressivement forme. C’est que la fusion de la société Douala Stock Exchange (DSX) et la Bourse des Valeur Mobilières de l’Afrique Centrale (Bvmac) est enfin en cours de concrétisation. Les deux institutions boursières ont, aux, termes d’un acte sous seing privé du 29 mai 2019 établi le projet de leur fusion par voie d’absorption. Mais il s’agit pour le moment d’une fusion des actifs des deux bourses. Et selon les termes du projet, qui seront soumis à l’approbation des assemblées générales extraordinaires des actionnaires des deux entités, la Douala Stock Exchange fera un apport net de 4,178 milliards de francs CFA, soit la totalité de son actif, évaluée à 6,269 milliards de francs CFA à charge de la totalité de son passif, estimée à 2,090 milliards de francs CFA.

Ainsi, la Bvmac procédera à une augmentation de son capital de 3,542 milliards de francs CFA par émission de 35 429 nouvelles actions de 100 000 francs CFA nominal chacune, afin de rémunérer son apport à la nouvelle entité financière. Le tout assortit d’une prime de fusion, une espèce de ticket d’entrée de 633,88 millions. « Il est prévu que ces 35 429 actions nouvelles soient attribuées aux actionnaires de la DSX, à raison de deux actions Bvmac pour une action DSX. Toutes les opérations actives et passives, effectués par la société DSX depuis le 31 décembre 2018 jusqu’au jour de la réalisation définitive de la fusion seront prises en charge par la société Bvmac », précise un communiqué portant sur l’avis de projet de fusion par voie d’absorption.

Cependant, la Bvmac invite les créanciers des sociétés fusionnantes, dont la créance est antérieure à l’avis venant d’être publié, à former opposition à cette fusion dans un délai d’un mois à compter du 31 mai. Et ce dans les conditions prévues par l’Acte uniforme Ohada relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique. D’après le calendrier officiel, au 30 juin prochain, l’on devrait ainsi aboutir à une nouvelle configuration du marché financier d’Afrique centrale. Lequel marché sera désormais composé d’un régulateur unique basé à Libreville au Gabon, la Commission de Surveillance des Marchés Financiers d’Afrique Centrale (Cosumaf); d’une bourse unique, la Bvmac, avec pour siège Douala au Cameroun et d’un dépositaire central unique du marché financier.

Défis Actuels

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here