Bidoung Mkpatt « Le Cameroun relèvera le pari de l’organisation de la CAN 2019 »

Alors que le président de la CAF s’est relancé dans une campagne de dénigrement du Cameroun, le ministre des Sports se veut rassurant. Dans cet entretien exclusif, celui qui pilote les préparatifs de la CAN 2019 présente la situation sur le terrain.

0
913
« Le Cameroun relèvera le pari de l'organisation de la CAN 2019 »

Propos recueillis par François Bambou 

Un des faits majeurs de ce septennat aura été l’attribution des CAN féminine 2016 et masculine 2019 au Cameroun. Quels sont les facteurs qui auront concouru à ce choix du Cameroun ?

Je remercie votre magazine pour le grand intérêt qu’il accorde aux activités du ministère des Sports et de l’Education Physique en général et à l’organisation des événements d’envergure à l’instar des CAN 2016 et 2019 en particulier. Pour revenir à votre question, je voudrais, de prime abord, préciser que l’attribution des CAN 2016 et 2019 à notre pays a été possible grâce à la très haute implication personnelle du président de la République, chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya, qui suit personnellement l’évolution de cet important dossier, sous la coordination de monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement. Les Coupes d’Afrique des Nations de football sont des événements prestigieux pour le Cameroun. L’organisation après 44 ans pour la CAN féminine, et 47 ans pour la CAN masculine des compétitions d’une si haute envergure est hautement significative. Ces deux grands challenges permettent aux observateurs de tester les vertus d’hospitalité, de paix et de passion du sport d’un pays qui a remporté de grandes victoires sportives hors de ses frontières. Il a toujours été reproché au Cameroun de ne jamais organiser d’évènements sportifs d’envergure, notamment en football qui rassemblent le reste du continent sur son sol. Réussir une telle orchestration constitue une occasion de démonstration de sa vitalité diplomatique et sportive. C’est donc un engagement fort, une responsabilité importante au regard du contexte dans la sous- région Afrique Centrale où les pays frères et amis tels que le Gabon et la Guinée Equatoriale ont réussi avec brio cet examen similaire. Le Congo, dans un autre registre, a réussi avec panache l’organisation des Jeux Africains Brazzaville 2015. Au regard de tous ces succès, notre pays ne pouvait se permettre de manquer une occasion d’écrire l’histoire. L’honneur du Cameroun n’a pas de prix ! L’organisation de ces deux grandes compétitions par le Cameroun participe de la politique de promotion des potentialités des jeunes de notre pays et contribue à améliorer le rayonnement et l’image de marque du Cameroun tant à l’intérieur qu’au-delà de nos frontières. Cela vient d’ailleurs consolider la politique des Grandes Réalisations, dans la perspective de l’émergence de notre pays à l’horizon 2035.

Quelles sont les retombées attendues de l’organisation de telles manifestations sportives ?

Les retombées des CAN 2016 et 2019 sont nombreuses et significatives sur plusieurs plans. Sur le plan infrastructurel, plusieurs secteurs bénéficient des retombées des CAN organisées au Cameroun. En ce qui concerne les infrastructures sportives, l’offre s’est nettement améliorée avec sept stades de compétition aux normes CAF dont deux de très grande capacité (60.000 et 50.000 places). Les terrains d’entrainement dans les six sites de la CAN 2019 sont également aux normes CAF ou en voie de l’être. A l’issue de la CAN 2019, le Cameroun bénéficiera de 32 stades ultra-modernes, totalement opérationnels, mis à la disposition de la jeunesse sportive. Ce faisant, notre pays va apporter une solution durable au problème des infrastructures sportives qui étaient considérées comme le ventre mou de la politique sportive de notre pays. Les infrastructures hôtelières, hospitalières, routières, aéroportuaires, de communication et télécommunications ne sont pas en reste. En effet, tous ces secteurs bénéficient d’importants travaux afin de répondre aux exigences du cahier de charges de la Confédération Africaine de Football et même au-delà. Sur le plan économique, une vitalité certaine est observée dans les activités dans divers secteurs. La ferveur populaire, la cohésion sociale autour de ces évènements, la fierté et le sentiment d’appartenance au Cameroun sont à mettre au rang des retombées de cette compétition. Les atouts économiques et touristiques sont grands et ne demandent qu’à être explorés par les investisseurs de tous les horizons. Par ailleurs, ces Coupes d’Afrique des Nations nous donnent l’occasion de présenter l’image d’un pays stable, en sécurité, malgré des attaques dont il est victime. Les cérémonies d’ouverture et de clôture, déjà faites en 2016 et que nous préparons avec minutie pour 2019 permettent ainsi à notre pays d’exposer son riche catalogue culturel, touristique ainsi que son savoir-faire en mondovision.

Où en sont les préparatifs sur les plans infrastructurel, culturel et sportif ?

L’organisation de la CAN féminine Cameroun 2016 a permis de projeter la préparation de la CAN Total « Cameroun 2019 ». Votre préoccupation nous permet d’évoquer les trois grandes composantes de l’organisation d’un événement prestigieux à l’instar d’une CAN. Premièrement, nous avons les infrastructures. Elles se subdivisent en trois catégories: les infrastructures déjà réalisées, celles en réhabilitation et celles en construction. Après les difficultés de démarrage des chantiers connues par quelques entreprises, des réajustements nécessaires ont été opérés. Les travaux de construction et de réhabilitation sont menés avec efficience pour respecter les délais de livraison à temps desdites infrastructures. Les descentes sur le terrain de monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement, président du Comité Central d’Organisation de la CAN Total « Cameroun 2019 », sur hautes instructions de monsieur le président de la République, Son Excellence Paul BIYA, chef de l’Etat, celles des différents maitres d’ouvrage et des équipes de suivi sont permanentes. Les hautes instructions données à chaque occasion par le chef du gouvernement permettent de booster le rythme des travaux sur le terrain. Il faut dire pour ce qui est de la CAN Total « Cameroun 2019 » que les missions d’inspection de la CAF sont effectives sur le terrain. L’instance faitière du football continental, qui accompagne le Cameroun dans cette organisation, fait des observations qui sont traduites en recommandations. Qu’il s’agisse des infrastructures sportives, hôtelières, hospitalières, routières, aéroportuaires ou de télécommunications, des mesures sont prises pour que ces recommandations soient exécutées conformément au cahier de charges de la CAF. En deuxième lieu, il y a l’événementiel. A cet effet, le Comité Local d’Organisation mis en place est à pied d’œuvre en vue d’assurer le succès de la CAN Total « Cameroun 2019 ». Les cérémonies de tirage au sort, d’ouverture et de clôture sont en préparation. Les éléments visuels tels que la mascotte et l’hymne sont en projet et n’attendent que l’accord de la CAF pour le lancement des concours y afférents. La participation des populations à cet événement s’organise autour de villages Can et des fans zones. A cet effet, les comités de sites ont déjà proposés des sites qui devraient être homologués par la CAF. Ces espaces de vie pendant la CAN seront des lieux de convergence et d’expression du vivre-ensemble non seulement entre les Camerounais, mais aussi avec les ressortissants de nombreuses nationalités présentes au Cameroun. Il est bien entendu que la présence massive des publics dans tous les stades pendant le déroulement de la CAN constitue un point d’honneur pour le Cameroun. En ce qui concerne le volet sportif, les pouvoirs publics, en collaboration avec la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot) mettent tout en œuvre pour une organisation efficiente de notre sélection nationale. Un plan de préparation ambitieux permettra à notre équipe de se donner tous les moyens pour conserver son trophée à domicile.

Les différentes équipes camerounaises (football, basket, volley, etc.) semblent avoir renoué avec la victoire. Quelle est la recette de ce renouveau?

L’on observe effectivement qu’il y a une dynamique certaine de victoires ces derniers temps. En dehors du sacre des Lions Indomptables à la CAN 2017 au Gabon, je pourrais citer, sans être exhaustif, la victoire des Lionnes Indomptables à la CAN de Volleyball dames, le sacre des Lionceaux U-15 de football à la Coupe Cemac, la qualification des Lionnes indomptables à la CAN de football Ghana 2018, la participation honorable du Cameroun aux Jeux de la Francophonie et aux Jeux Islamiques, sans oublier les autres disciplines notamment le Nanbudo, le Sambo, le judo, le karaté, la lutte, le jeu des dames, le tennis de table, le sport pour déficients visuels et physiques, la liste est loin d’être exhaustive. La recette de ces victoires réside dans le travail, la discipline, le respect des consignes et davantage, la grande responsabilité qui est celle de défendre avec honneur les couleurs de son pays. Mais il n’y a aucun doute sur l’artisan de toutes ces victoires, il s’agit bien du président de la République, chef de l’Etat et premier sportif camerounais, qui place le sport en général et la jeunesse sportive en particulier au centre de ses hautes préoccupations. Les réceptions constantes en l’honneur des sportifs méritants au Palais de l’Unité sont un adjuvant pour les autres, qui veulent à leur tour mériter de cette reconnaissance suprême.

Certains jeunes camerounais brillent à l’international (sports de combat, basket, athlétisme, etc.) ayant souvent bataillé par leurs propres moyens pour en arriver là. Que fait le Cameroun pour recréer le lien entre ces lions de la diaspora et les milieux sportifs locaux où ils peuvent apporter leur expérience ?

Le Cameroun est fier de ses ambassadeurs sportifs à travers le monde. Notre pays regorge d’un potentiel peu commun en ce qui concerne les sportifs, toutes disciplines confondues. On les retrouve dans tous les continents, au sein de grandes structures sportives où ils s‘illustrent très brillamment. Plusieurs n’ont pas fait leur classe au pays mais gardent l’amour du drapeau national. D’autres parviennent au firmament par leurs propres moyens et conservent toujours l’esprit patriotique. Le Cameroun, qui est fier et jaloux de ces talents, reste entièrement ouvert pour qu’ils puissent apporter leur contribution à l’édification du mouvement sportif. Les pouvoirs publics prennent, à cet effet, toutes les mesures possibles pour encourager et accompagner les initiatives. C’est le cas du grand basketteur international Luc MBAH A Moute avec son célèbre camp de formation des jeunes, du rugbyman international Tchale Watchou qui travaille actuellement avec Vivendi sports pour le rayonnement du cyclisme et de l’athlétisme camerounais et bien d’autres. De toutes les manières, une politique de capitalisation des acquis et de l’expérience des Camerounais de la diaspora est mise en œuvre au ministère des Sports et de l’Education Physique à travers la direction du développement des sports de haut niveau.

Certaines fédérations sportives font face à des querelles intestines. Qu’a fait le Minsep pour ramener la sérénité au sein de ces associations sportives ?

Le décret de 2012, portant organisation du ministère des Sports et de l’Education Physique, stipule qu’il est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans le domaine des sports et de l’éducation physique. A ce titre, la consolidation de la sérénité au sein des associations sportives nationales ressortit des prérogatives du ministère des Sports et de l’Education Physique. Certaines fédérations sportives font effectivement face à des querelles intestines et cela n’est pas à même de favoriser les performances sportives. Il est donc important que le cadre de travail dans ces associations soit des plus sereins et la tutelle s’attèle à le faire dans le cadre d’un important chantier qui a trait à l’amélioration de la gouvernance sportive.

Au-delà de l’organisation de la CAN 2019 et de la normalisation des fédérations sportives, quelles sont les grands projets en cours dans le secteur sportif national ?

Le sous-secteur sport et éducation physique dispose d’importants chantiers qui reposent sur les programmes qui sous-tendent l’action du ministère des Sports et de l’Education Physique à savoir l’encadrement du mouvement sportif, le développement des infrastructures, la gouvernance et l’appui institutionnel. Au-delà de ces grandes missions, le projet important dans le contexte actuel est celui de la consolidation de l’unité nationale à travers le sport.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here