Il est l’un des rares ministres nommés le 4 janvier dernier dans son domaine de prédilection. Artiste comédien et dramaturge, connu pour ses multiples sketchs à succès de « Mini Pampam », Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt devrait se sentir chez lui au ministère des Arts et de la Culture. Même si son départ du ministère des Sports sonne comme une sanction, après le retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football 2019 au Cameroun. Sa responsabilité en qualité de président du Comité local d’organisation (Cocan) a été établie dans les causes de cet échec. S’il n’a pas lésiné sur les moyens de mettre un coup d’accélérateur dans la préparation de la CAN féminine de 2016 (pression dans les chantiers, retrait de marché à l’entreprise chinoise Sinohydro pour résultats insuffisants etc.), Bidoung Mkpatt n’a pas fait montre de la même détermination cette fois-ci. Pour le voir dans les chantiers ou dans les salles de réunions avec les représentants d’entreprises ou des Commissions, il fallait attendre la veille d’une visite d’inspection de la CAF. Or, la montre a tourné. Mais Bidoung Mkpatt ne quitte pas le gouvernement pour autant.

Né le 16 novembre 1953 à Nanga Eboko, il a été directeur de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (Injs). Il devient ensuite ministre de la Jeunesse et des Sports du 18 mars 2000 au 23 avril 2004. Auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Théâtre et développement culturel au Cameroun, La veste de fer, Les Charognards, Les Malicieuses ou Les femmes capables, Bidoung Mkpatt fête son retour dans le gouvernement à la faveur du remaniement de 2011 au poste de ministre de la Jeunesse et de l’Education civique avant de devenir en octobre 2015 ministre des Sports. Homme politique, il exerce la fonction de chargé de relation avec les femmes et les jeunes au sein du parti au pouvoir, le Rdpc.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here